Afriland First Bank peine à mobiliser son emprunt privé de 15 milliards de FCFA

Afriland First Bank peine à mobiliser son emprunt privé de 15 milliards de FCFA
Le groupe Afriland First Bank qui occupe la première place au Cameroun en termes de total de bilan, devrait clôturer son emprunt privé de 15 milliards de FCFA avant la fin de cette semaine. Il aurait cependant eu du mal à
réaliser son carnet des ordres, a-t-on appris d'une source proche du processus, mais qui a sollicité l'anonymat, car la démarche du groupe ne fait pas l'objet de publicité.
Le groupe bancaire a pourtant de solides garanties, notamment son portefeuille de titres obligataires d'un peu plus de 140 milliards de FCFA, constitué des obligations du Cameroun et du Gabon, deux produits financiers hautement sécurisés. Mais au final, les personnes ciblées n'ont pas toutes été faciles à convaincre. « La taux d'intérêt de 6% qui a été servi n'est pas attractif, du fait de la maturité (7 ans) qui est longue et il faut tenir compte des impôts sur les revenus des capitaux qui seront prélevés et de l'effet inflationniste (2,5% par an en moyenne dans les conditions stables) qui doivent être pris en compte » a indiqué un expert proche des milieux bancaires
La Société Nationale de Raffinage, qui bénéficie pourtant d'une garantie du gouvernement n'est, elle aussi, pas parvenue à servir la totalité de ses titres obligataires aux investisseurs. Certains d’entre eux, notamment des établissements de microfinance ont souhaité que les titres qu’ils avaient acquis (près de 15 800) puissent être admis au refinancement par la banque centrale à des taux plus avantageux. Une telle demande semble avoir aussi été faite dans le cadre de l'emprunt d'Afriland, afin de palier à la maturité trop longue (7 ans). Mais les solutions apportées (un taux de près de 4%) n'ont pas été jugées pertinentes par tout le monde.
Enfin de nombreux investisseurs préfèrent se constituer des réserves pour le prochain emprunt du Cameroun (près de 150 milliards de FCFA), après celui qui a été récemment lancé par le Gabon. Les avantages des emprunts obligataires étatiques, c'est qu'ils offrent un meilleur rendement, une exonération d'impôts, des garanties souveraines beaucoup plus solides et une capacité plus souple d’admission au refinancement.
Rappelons que le produit de l'emprunt effectué par Afriland First Bank, sera affecté au renforcement de ses fonds propres, afin de soutenir son plan d'expansion en cours d'exécution.
Une autre hypothèse suggère que le groupe souhaite aussi bien se positionner dans le cadre du prochain emprunt du Cameroun, en améliorant ses ratios de réserves obligatoires qui ont été impactés du fait de ses multiples engagements, notamment auprès de nombreux organismes proches de l'État camerounais.
Certains observateurs sont optimistes quant au succès de son opération. « Afriland c'est quand même une grosse banque au Cameroun, et elle devrait pouvoir collecter les fonds dont elle a besoin, mais le vrai indicateur à suivre sera le pourcentage d'adhésion des investisseurs », prédit l’un d'entre eux.
Idriss Linge
Agence Ecofin