Cameroun - Affaire David Eboutou et Patrick Sapack contre Vision 4: Depuis la Prison de Kondengui, David Eboutou donne sa version des faits


Incarcérés depuis le 22 juin 2016 à la Prison centrale de Kondengui, David Eboutou et Patrick Sapack, deux ex-employés à la télévision Vision 4 basée à Yaoundé font l’objet de plusieurs chefs d’accusation portés par Jean Pierre Amougou Belinga, leur ancien patron.
Depuis sa cellule à la prison centrale de Yaoundé, David Eboutou nie tout en bloc et accuse le patron de Vision 4 de travestir la vérité et de manipuler l’opinion. Dans le message qu’il a laissé sur son compte Facebook le jeudi 30 juin 2016, il donne sa version des faits.
Son message
DEPUIS LA PRISON CENTRALE DE KODENGUI
C'était le vendredi 17 juin! Ils nous ont séquestrés, menottés, roués de coups alors que nous répondions à l'appel de celui que nous croyions être notre ami, le nommé Nathan Amougou.
Ensuite, après avoir confisqué nos téléphones et ordinateurs que leur patron détient encore à ce jour au mépris des nombreuses sommations de la police, ils nous ont conduits à la Division régionale de la police judiciaire de Yaoundé.
Finalement vendredi très tard dans la nuit, on nous faisait enfin découvrir une plainte ayant pour motif en objet: "Abus de confiance et tentative de chantage"
Le lundi 20 juin, nous étions devant le procureur et apprendrons qu'ils ont déposé une plainte additive cette fois-là comportant les motifs:
-Outrage à Chefs d'État;
-Diffamation;
-Publications de fausses nouvelles;
-Faux en écriture privée;
-injures.
Comme preuves, ils fourniront une facture qui puait le montage de loin (facture établie comme fausse auprès de la police scientifique... avec mon nom raté et une signature scannée de Patrick Sapack.)
Dieu merci! Eux-mêmes ont publié leur grossier montage, donc ils ne pourront pas nier!
Mercredi, nous reviendrons auprès du Procureur du Tribunal de Grande Instance qui nous enverra plutôt auprès du procureur de Première Instance qui a son tour nous enverra auprès d'un juge d'instruction.
Là-bas, sous les motifs de:
-faux en écriture privée et de tentative de chantage, il dira qu'il nous place en mandat de dépôt provisoire avant de voir plus clair!
Voilà la vérité mes amis!
Ils ont voulu travestir les faits en manipulant l'opinion par les images qu'ils ont prises de nous au sein de leur immeuble pour faire croire que la police nous recherchait depuis.
Jamais nous n'avons reçu de convocation de la police ou de la justice!
Nous espérons que la Justice ira jusqu'au bout et que nos bourreaux nous remplaceront ici en Prison!
Peut-on cacher la vérité???
Comme Mandela, Sankara, Gbagbo, Um Nyobe et les autres combattants, nous résisterons jusqu'au bout!
Que beaucoup se souviennent de l'histoire de Joseph dans la bible…
Bientôt la vérité se saura et malheur à tous les zélés qui nous ont donné des coups devant leur patron pour s'attirer ses "bonnes grâces"
Merci à vous tous mes chers Amis!
Par Wiliam TCHANGO | Cameroon-Info.Net