Cameroun - Médias: David Eboutou et Patrick Sapack, deux anciens collaborateurs de la télévision Vision 4, emprisonnés à Kondengui.David Eboutou soutient que le document qu’il brandit pour justifier sa plainte est un «faux». Il est écrit «David Merlin Eboutou» Alors que son nom est «David Melvin Eboutou».

Selon certaines informations, David Eboutou a entamé une grève de la faim. 
David Eboutou et Patrick Sapack restent privés de liberté. Alors que l’on s’attendait à ce qu’ils bénéficient
d’une libération sous caution, les anciens collaborateurs de la télévision Vision 4 ont été redirigés le mercredi 22 juin 2016 à la prison centrale de Kondengui, à Yaoundé.
Un proche de David Eboutou explique ce qui apparaît comme un revirement du magistrat en charge de l’affaire. «Le juge Bidias leur a fait signer un mandat de dépôt après le départ des avocats qui nous annonçaient qu’ils seraient libérés sous caution, mais c’était une ruse. Le PDG (Jean-Pierre Amougou Belinga de Vision 4) est arrivé avec ses cameramen pour les filmer et on s’est violemment opposés».  
Depuis leur transfert, des nouvelles alarmantes fusent. Le 25 juin 2016, l’on apprenait que David Eboutou était entré  en grève de la faim. Plus tard c’est la «tentative de suicide» de la mère d’Eboutou qui était annoncée. Un témoin attribuait à la dame supposée désespérée les propos suivants: «en plus de refuser de verser l'argent qu'il doit à mon fils, ce monsieur veut le tuer. Monsieur Amougou Belinga va porter ma mort sur sa conscience...».  
Son fils et son compagnon de galère Patrick Sapack rejettent toujours les accusations de «faux et usage de faux», «chantage», «usurpation de titre» qui ont été portées contre eux par leur ancien patron Amougou Belinga. David Eboutou soutient que le document qu’il brandit pour justifier sa plainte est un «faux». Sur cette facture adressée au Président Denis Sassou Nguesso, est écrit «David Merlin Eboutou». Or l’ancien consultant d’Afrique Media assure que son nom est «David Melvin Eboutou».  
Eboutou et Sapack sont accusés d’avoir tenté de se faire payer 200 millions de francs CFA au titre de leur contribution à la promotion de l’image du Président Sassou Nguesso et de son pays à l’occasion de la dernière élection présidentielle. Alors qu’ils attendaient de se faire payer leurs prestations, ils vont apprendre que leur patron Jean-Pierre Amougou Belinga a adressé une facture de 700 millions de Francs CFA au Président congolais. D’où leur décision  de réclamer leurs rémunérations à ce dernier.
Par Robert NDONKOU | Cameroon-Info.Net