Cameroun - Transport aérien: L’expert en aéronautique, Nyounaï Nyounaï, croit que «Camair-Co ne peut plus se relever»

Il reproche à l’actuel Directeur Général, Jean-Paul Nana Sandjo, de n’avoir pas fait au moment de sa prise de fonction l’inventaire des problèmes de la compagnie aérienne.

Camair-Co alimente de nouveau la chronique après le SOS que son Directeur Général, Jean-Paul Nana Sandjo, vient de lancer en direction du Ministère des Finances. Réagissant à ce récent épisode de la vie tourmentée de la compagnie aérienne camerounaise, l’expert aéronautique Nyounaï Nyounaï considère que l’entreprise est en bout de piste.
«On n’est plus à la phase de la critique de Camair-Co, mais de dire ce qu’il faut pour qu’une compagnie aérienne, parce qu’au niveau où est Camair-Co aujourd’hui, nous pensons qu’elle ne peut plus se relever. Il faudrait peut-être reprendre quelque chose d’autre. Et pour cela avoir un certain nombre de conditions comme je le dis à chaque fois», a-t-il déclaré le lundi 20 juin 2016 sur les antennes de Radio Equinoxe, une antenne de la capitale économique Douala.
Même s’il ne met pas en cause Jean-Paul Nana Sandjo, Nyounaï Nyounaï lui reproche d’avoir dissimulé trop longtemps les soucis de la Cameroon Arline Corporation. «La seule critique que j’adresse à Nana Sandjo, c’est de ne pas pouvoir le dire au moment où on le nomme. Il attend deux ans pour le faire. C’est beaucoup trop ! Le jour où on l’a nommé, il savait exactement ce qui ne va pas, il devrait le dire à ce moment-là. Aussitôt qu’on vous nomme, vous devez faire votre audit et dire: «voici ce qui me manque, voici ce qui peut faire que je fasse tel et tel résultat. Vous donnez des indicateurs de performances que vous atteignez. Je ne sais pas quels sont les problèmes qu’il a eus pour ne pas pouvoir le dire, aujourd’hui il est en train de le dire», déplore l’expert.
Dans une lettre que nous avons publiée le dimanche 19 juin 2016, Jean-Paul Nana Sandjo appelait le Gouvernement à la rescousse. Il demandait au Ministère des Finances 5 milliards 455 millions de Francs CFA. Cette somme devait servir à payer les dettes, les salaires du personnel et acheter du carburant pour les avions de Camair-Co.
© Robert Ndonkou | Cameroon-Info.Net