Code pénal : À un moment , même la pilule devient difficile à avaler un député du RDPC claque la porte : L’honorable Martin Oyono, député rebelle du RDPC, a refusé de voter pour l’adoption du nouveau code pénal. Il s’en explique.

Afficher l'image d'origine
Même le Rassemblement démocratique du peuple camerounais, parti politique au pouvoir, n’a pas voté à cent pour cent pour l’adoption du nouveau code pénal.

L’honorable Martin Oyono, élu RDPC du département de l’Océan, Région du Sud, a ramé à contre-courant des consignes de vote données par la hiérarchie de sa formation politique. Paul Biya le président national du Rdpc et les autres barons du parti au pouvoir avaient donné des instructions pour faire passer entièrement le projet du nouveau code pénal comme lettre à la poste. Leur parti ayant la majorité des 180 députés qui composent l’Assemblée nationale. Mais, hier mercredi 22 juin lors de la séance plénière, l’honorable Martin Oyono a durant les débats vifs, souhaité que l’article consacrant l’immunité des membres du gouvernement soit rejeté. Il dit avoir attiré l’attention de l’auguste chambre basse sur le fait que cet article viole de manière flagrante la Constitution. «Les Membres du gouvernement sont gestionnaires et à ce titre, ils répondent devant le Parlement qui est chargé de contrôler l’action gouvernementale. Si on est gestionnaire et qu’on a aussi l’immunité, cela veut dire qu’on est juge et parti, donc, on est au-dessus de la loi. Cette situation viole même  le préambule de la constitution de la République. C’est pour cela que, pendant la discussion générale, j’ai dit que je ne pouvais pas prendre la responsabilité de voter une disposition qui va à l’encontre de la constitution. Donc, je ne fais que assumer ma responsabilité» a expliqué l’honorable Martin Oyono. Pour ne pas cautionner le passage en force de l’article querellé, il a quitté la salle au même moment que ses pairs du Sdf et Mrc, deux partis de opposition. Nonobstant une avalanche de protestations, le nouveau code pénal a été finalement adopté hier dans son entièreté.
Après avoir dénoncé les micmacs et détournements de fonds de certains membres du gouvernement et des autorités administratives dans le dossier d’indemnisations des populations déguerpies pour le projet de construction du Port en eau profonde de Kribi, après avoir clairement dit non son opposition aux appels pour une nouvelle candidature de Paul Biya à la prochaine présidentielle, l’honorable Martin Oyono vient une fois de plus de se faire distinguer !
© Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net