EXCLUSIF-LE PRÉSIDENT ALI BONGO ONDIMBA, REND COMPTE AUX GABONAIS AU PARLEMENT. L'AFRIQUE BOUGE SAUF LE CAMEROUN?

Il a réuni les parlementaires pour présenter son bilan. "Je considère comme un devoir républicain et démocratique de m’exprimer devant les représentants élus du peuple Gabonais, afin de présenter, à travers
eux, le bilan de notre action à la Nation toute entière[...]Le contrat moral qui unit le peuple à ses dirigeants pose cette exigence de responsabilité" a-t-il declaré.
À propos de bilan, Ali Bongo a dressé le tableau suivant.
EXTRAITS :
- S’agissant des Infrastructures de communication, alors que le Gabon ne comptait que 900 km de routes bitumées en 2009, il en compte aujourd’hui 1572.
- Alors que dans la période comprise entre 2004 et 2008, le Gabon se classait au 50ème rang sur 53 pays en terme de dynamisme économique, pour la période 2010 – 2015 [...] nous sommes ainsi remontés à la 18ème place et nous nous sommes imposés comme le 4ème pays d’Afrique ayant connu la plus forte accélération de croissance.
- En effet de 2005 à 2009, le Gabon affichait une croissance moyenne de 1,3%, tandis que de 2010 à 2015 nous avons enregistré une croissance moyenne de 5.7%.
- Entre 2010 et 2015, l’Etat Gabonais a investi plus de 4579 milliards de FCFA dans l’économie nationale. C’est plus que le montant cumulé des investissements publics entre 1980 et 2009.
- Ainsi, en matière d’infrastructures énergétiques, les efforts engagés ont permis d’apporter de l’électricité à 64 000 foyers supplémentaires.
- Par un investissement considérable, nous avions de même permis à 34 000 nouveau foyers d’accéder à l’eau potable.
- Dans le secteur forêt-bois où, grâce à la décision prise en 2010, portant interdiction d’exportation de grumes non transformées, nous avons pu multiplier par trois le nombre d’unités de transformation tout autant que le nombre d’emplois créés.
- Près de quarante-huit mille étudiants ont bénéficié d’une bourse d’étude entre 2010 et 2016 contre Quarante-deux mille entre 2000 et 2009.
- Près de 95% des bacheliers sont boursiers de l’Etat gabonais contre 30 à 35 % avant 2009.
 Mohamadou Houmfa