5 milliards d’investisement au premier trimestre 2016 pour Eneo

1410884243546-600x450
Depuis quelques temps, Eneo Cameroon, le concessionnaire public de l’énergie électrique,  investit d’importantes  sommes d’argent sur  son réseau de distribution en vue d’améliorer la qualité de service.
  Cette année, le coût de  ces  investissements s’élève, au premier trimestre 2016,  à un 5,25 milliards de FCFA contre  environ 3,80 milliards de FCFA durant la même période  l’an dernier.  Soit une augmentation de 38 %.  La même croissance est observée  dans l’achat de l’énergie et du carburant qui, selon une source interne à l’entreprise,  ont augmenté respectivement de 20 % et 25%. En clair, l’énergie achetée par Eneo Cameroon  pendant les trois premiers mois de l’année civile se  chiffre à   16,62 milliards de FCFA contre  13,81 milliards de FCFA.  Les dépenses liées à  l’achat du carburant  sont passées quant à elles, de  8,95 milliards de FCFA pour atteindre 11,22 milliards de FCFA selon les statistiques dont LQE a eu copie.
De même que  les dépenses liées  à la modernisation du réseau, le nombre de poteaux réparés ou remplacés par la société est en hausse de 178%. Il  était au premier trimestre 2016 à 18,342  contre 6 600 pendant la même période l’année passée tandis que la capacité de production additionnelle quitte de 20 MW pour se situer à 44 MW, apprend-on.  Par ailleurs les taxes versées au trésor public  sur le même intervalle s’élèvent  à 8,55  milliards de FCFA  contre 7,73 milliards de FCFA. Soit une augmentation de 10%.
  Si les différents  travaux  engagés  par Eneo  visent à améliorer la qualité de service, il n’en demeure pas moins qu’ils   entrainent des conséquences  plus ou moins positives sur la continuité du service. Au premier trimestre de cette année par exemple, la moyenne totale d’interruption du service vu par un client croit de 40%, passant de 55 h en 2015 à 77 h. C’est le même bond  au niveau de la durée moyenne d’interruption du service due  à l’intensification des travaux programmés. Elle  part de 5,3 h pour atteindre  26,9  h soit une hausse de 403%. Alors que la durée moyenne d’interruption du service due aux  délestages et aux incidents  est de 50,1 h contre 52,5 h, le nombre de requêtes clients, nous renseigne un cadre au sein de l’entreprise, est de  25,619  contre  38,847. Tout comme les autres services, les chantiers  entrepris sur  le réseau de distribution ont boosté le portefeuille clients du concessionnaire. Son nombre de branchements  neufs    qui était de 15,755   se situait au premier trimestre à environ 19,110, ce qui fait  un délai moyen d’exécution des branchements  10 jours. 
-ChristianHappi-
Espace PME