AFRIQUE : Le Maroc veut revenir dans l’Union africaine, voici sa démarche!

indexZ
Il y a trente-deux ans, le Maroc quittait l’Union africaine (UA) pour protester contre la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée (RASD) par l’UA.
Aujourd’hui, le Maroc mène discrètement depuis deux ans une offensive diplomatique traduisant sa volonté de retrouver sa place au sein de l’Union africaine (UA)
Le Maroc s’était retiré deux ans après l’admission de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) par l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) devenue aujourd’hui Union Africaine (UA). Le roi d’alors, Hassan Il trouvait la reconnaissance de la RASD par l’UA, contradictoire au principe fondateur de l’organisation, qui prévoit la « non-ingérence » et « le respect des frontières » des Etats membres.
Aujourd’hui, la diplomatie marocaine est à pied d’œuvre pour le retour du Maroc au sein de l’UA. L’annonce de ce revirement pourrait se faire lors du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement prévu dimanche 17 juillet et lundi 18 juillet 2016, à Kigali. Mais déjà, en janvier dernier, une responsable marocaine de haut niveau assistait, pour la première fois depuis 1984, au sommet de l’UA.
Récemment, le ministre des Affaires étrangères marocain, Salaheddine Mezouar, s’est montré très actif auprès de différents pays africains. Il a notamment rencontré plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement à la recherche d’un soutien.
Les 20 et 21 juin derniers, le Maroc avait réservé un accueil faste au président rwandais Paul Kagame. Cette visite officielle était la première rencontre des deux chefs d’Etat et, selon plusieurs médias, le retour du Maroc à l’UA était alors au cœur des discussions. Une visite du roi Mohammed VI au Rwanda était alors évoquée.
L’enjeu de ce « retour » au sein de l’Union africaine est bien sûr lié à la question du Sahara occidental. Le Maroc revendique ce territoire qui fait l’objet d’un contentieux avec le Front Polisario, un mouvement indépendantiste appuyé par des Etats africains. Selon des sources marocaines, sur les 54 pays que compte l’UA, 13 seulement soutiennent encore le Sahara occidental. Il y a quatre jours, la Zambie a même retiré sa reconnaissance à la RASD, qui réclame son indépendance du Maroc.
Cependant, l’on compte parmi les pays africains qui soutiennent encore la RASD, les plus importants du continent, notamment l’Algérie, l’Afrique du Sud, le Nigeria. Et depuis 1984, la politique de la chaise vide marocaine n’a pas infléchi l’organisation panafricaine. Bien au contraire, puisque la sympathie pour les mouvements de libération nationale n’a pas pu être contrebalancée par le lobbying chérifien jusqu’alors.
Dans tous les cas, le royaume chérifien veut retrouver sa place au sein de l’Union africaine, mais souhaite rentrer par la grande porte, probablement en chassant le Sahara occidental de l’Union. Mustapha Khalfi, porte-parole du gouvernement, est optimiste quant au retour imminent du Maroc dans l’UA : « C’est une chose qui sera annoncée le moment venu ».
afrikmag.com