Cameroun: L’immeuble siège de la BICEC mis aux enchères pour défaut de paiement d’une créance 471 600 816 Fcfa

Cameroun: L’immeuble siège de la BICEC mis aux enchères pour défaut de paiement d’une créance 471 600 816 Fcfa
Pour la première fois dans l’histoire des établissements financiers au Cameroun, l’immeuble siège d’une banque (Bicec) sera vendu au plus offrant et dernier enchérisseur.

Cet immeuble (Photo) est situé au plein cœur du quartier Bonanjo à Douala. La Bicec, filiale du Groupe Banque Populaire de France continue dans ce qui peu desormais s’apparenter à une succession de malheurs. Après les détournements internes de 48 milliards de F CFA en complicité avec l’entreprise Interface ( achat de plus de 1 000 coffres-forts, alors que la banque ne compte que 37 agences ), les opération frauduleuses detectées en internes et bien d’autres frasques sur lesquelles la justice est entrain d’enqueter, la BICEC risque de se retrouver sans son immeuble siège de Bonandjo. “Pour recouvrer une créance en principale de 471 600 816 Fcfa (quatre cent soixante onze millions six cent mille huit cent seize francs cfa) fondée sur des décisions de justice insusceptibles de voie de recours qu’elle refuse d’exécuter, (la grosse du jugement civil N° 394/CIV rendu le 21 juin 2013 par le tribunal
de grande instance du Wouri, de celle de l’arrêt N° 308/CIV rendu le 04 mai 2016 par la cour suprême). je viens de faire engager une procédure de saisie immobilière par les soins de maître towa pierre huissier de justice à Douala, contre la Bicec (Banque Internationale du Cameroun pour l’Épargne et le Crédit) dont inscription est entrain d’être faite au livre foncier de Douala.
Selon le communiqué parvenu à notre redaction et signé de Monsieur Ibrahim Zakari “la justice camerounaise, dont les décisions sont régulièrement bafouées par la Bicec lorsqu’elles ne l’arrangent pas, aura ainsi l’occasion d’imposer la force du droit sur le droit de la force, et de gagner ce nouveau bras de fer que lui oppose la direction générale de la Bicec en dépit du bon sens.
Pour rappel, la Cour suprême du Cameroun par arrêt N°308/CIV du 04 mai 2016 avait confirmé le jugement N° 394/CIV rendu par le Tribunal de grande instance du Wouri, le 21 Juin 2013. Ce jugement condamnait la Bicec, filiale du Groupe Banque Populaire de France à verser la somme de 471 600 816 FCFA à Monsieur Ibrahim Zakari.
camernews.com