Donald Trump, une galaxie digne de «Dynasty»

media
Donald et Melania Trump a la Convention républicaine le 18 juillet 2016 à Cleveland. REUTERS/Mark Kauzlarich
S’il est élu 45e président des Etats-Unis en novembre prochain, le milliardaire Donald Trump, candidat du
parti républicain, sera le premier locataire de la Maison Blanche à avoir divorcé deux fois. Autour de lui gravite une véritable dynastie. Présentations.
Signe que l’Amérique républicaine, autrefois si puritaine, est en train de changer, un candidat à la Maison Blanche peut donc avoir divorcé à deux reprises sans que cela nuise à ses chances d’accéder au pouvoir suprême. Avant Donald Trump – divorcé deux fois, marié trois fois – seul Ronald Reagan avait été élu après avoir rompu. Marié à Jane Wyman de 1940 à 1948, le 40e président des Etats-Unis s’était remarié à Nancy Davis en 1952, ce qui ne l’avait pas empêché de battre Jimmy Carter dans la course à la présidence en 1980.  
Connu pour son goût du luxe et des jolies femmes (il fut propriétaire du concours Miss Univers de 1996 à 2015), Donald Trump a autant défrayé la chronique des magazines people avec ses divorces qu’avec ses mariages, trois unions dont sont nés cinq enfants : trois fils - Donald Jr (38 ans), Éric (32 ans), et Barron (10 ans) - et deux filles Ivanka (34 ans) et Tiffany (22 ans).
Mère des trois aînés, Ivana Trump est ce que l’on appelle aux Etats-Unis une « socialite », terme que l’on pourrait traduire par « jet-setteuse », l’une de ces personnalités dont la vie publique est commentée, illustrée et médiatisée (le personnage de Patsy Stone dans le feuilleton Absolutely Fabulous aurait en partie été inspiré par elle). Cette célébrité vient en premier lieu de son mariage avec Donald Trump qu’elle épousa en 1977 et non de ses prétendues qualités de skieuse olympique, elle qui a longtemps revendiqué avoir fait partie de l’équipe tchèque de ski alpin (ce que la fédération de ski du pays a plusieurs fois réfuté).
Née en 1949, et donc de trois ans la cadette de Donald, Ivana a passé son enfance en Moravie (province de la République Tchèque) où elle rencontra son premier époux, le skieur autrichien Alfred Winklmayr qu’elle suivit à Montréal où elle devint brièvement mannequin avant de promouvoir à New York les J.O. de Montréal 1976.

Une fois mariée à Trump en avril 1977, elle est partie prenante de l’empire, s’impliquant dans de nombreux projets immobiliers du milliardaire. Elle a eu trois enfants de son union avec le magnat new-yorkais : Donald Jr, Ivanka et Eric. Apprenant la liaison de Donald Trump avec Marla Maples (elle aurait dit sa façon de penser à sa rivale skis aux pieds à Aspen), elle demanda le divorce en 1991, un divorce abondamment commenté à l’époque par les tabloïds, séparation qui lui aurait « rapporté » 20 millions de dollars et une pension annuelle de 350 000 dollars.

Melania, l'atout charme
 
Ivana et Donald Trump à New York en 1989, deux ans avant le divorce. SWERZEY / AFP
De quatorze ans la cadette d’Ivana, lorsqu’elle rencontra son futur époux en 1990, Marla Maples (née en 1963) était une semi-célébrité en devenir, pour avoir tenu des rôles plus ou moins importants au cinéma (Maximum Overdrive) et dans le mannequinat. Le scandale provoqué par sa liaison avec Trump, puis son mariage très médiatisé (plus de 1 000 invités) n’ont évidemment pas nui à sa carrière d’actrice puisque durant sa relation avec le milliardaire, mais aussi après, elle est apparue dans plusieurs séries et shows télé (dont Danse Avec Les Stars) mais aussi au théâtre et à la radio. Elle a donné naissance à Tiffany en 1993 et continue, selon ses dires, d’avoir de bons rapports avec son ex-époux, dont elle s’est séparée en mai 1997 puis dont elle a divorcé en 1999.
Comme Marla Maples, Melania Knauss est déjà sur le chemin de la célébrité quand elle rencontre Trump, lors d’un défilé de mode, en 1999 ; mais sa liaison avec le magnat new-yorkais a servi d’accélérateur à sa carrière. Si Trump était élu, elle deviendrait seulement la deuxième First Lady à n’avoir pas vu le jour sur le sol américain (après l’Anglaise Louisa Adams, épouse de Quincy Adams, le 6e président des Etats-Unis) et aussi la première à avoir posée nue (pour le magazine GQ). Née en Sevnica en 1970 dans ce qui s’appelait encore alors la Yougoslavie, cette ravissante et polyglotte Slovène (elle parle cinq langues) a délaissé ses études d’architecture pour embrasser la carrière de mannequin. Une carrière à succès qui l’a vue poser pour les photographes les plus cotés et faire la Une des magazines les plus stylés, de Vogue à Vanity Fair en passant par Elle ou GQ.

En dépit de ces antécédents glamour, Melania Trump a plutôt tendance à faire profil bas depuis son extravagant mariage (sa robe de mariée Christian Dior aurait coûté la bagatelle de 200 000 dollars). Elle s’est toujours efforcée de limiter ses apparitions publiques, a fortiori depuis que son mari est candidat, discrétion que certains imputent à son accent slave assez prononcé dans la langue de Mark Twain. Dotée d’un pouvoir de séduction ravageur, la mère de Barron Trump (10 ans) devrait être l’atout charme du candidat Donald durant la campagne.

Elle ne s’est d’ailleurs pas gênée pour conseiller à son mari de moins utiliser Twitter et de se comporter « de façon plus présidentielle », selon ses propres termes. Son discours du lundi 18 juillet à la Convention républicaine, apparemment copié presque mot pour mot sur celui de Michelle Obama en 2008, lui vaut néanmoins en ce moment les moqueries appuyées de la twittosphère sous le hashtag #FamousMelaniaTrumpQuotes, un faux pas qui devrait probablement lui être rapidement pardonné.


Ivanka, la plus politique des cinq
Ivanka en soutien de Donald le 24 juin, en Ecosse. REUTERS/Clodagh Kilcoyne
S’il n’y a aucune chance qu’il devienne un jour aussi prolifique que John Tyler – le président américain à avoir eu le plus d’enfants (quinze de deux mariages) – Donald Trump est donc père de cinq enfants, comme avant lui George H Bush. En grande partie élevés par leur mère (Ivana) qui en eut la garde après le divorce, Donald Jr (38 ans), Ivanka (34 ans) et Eric (32 ans) sont quand même restés très proches de leur père. « J’ai été un mauvais mari mais un bon père » se plait d’ailleurs à dire Donald Trump. Ils ont tous trois suivi des études assez poussées dans des établissements de renom, mais aussi passé quelques étés en Moravie (la patrie de leur mère) pour apprendre « la vraie vie ». Tous trois ont également été à un moment ou à un autre mêlés dans la coulisse aux tournages de The Apprentice, l’émission-vedette de téléréalité créée en 2004 qui voyait Donald Trump évincer chaque semaine un candidat à ce jeu par élimination pour businessman et businesswoman en herbe.
Contrairement à leurs parents, les enfants d’Ivana ne font pas de vague. Ou tout du moins pas encore. Ils occupent des hautes fonctions au sein de la Trump Organization dont ils sont chacun vice-présidents exécutifs. Très influente, Ivanka est cependant la seule à vraiment s’intéresser à la politique. Amie de Chelsea Clinton (Donald Trump participa autrefois au financement des campagnes de Bill Clinton), c’est elle qui annonça officiellement la candidature de son père à la présidence, le 16 juin 2015. Mariée à un ponte de l’immobilier, Jared Kushner, avec qui elle a eu trois enfants, elle a un moment été mannequin comme sa mère, a écrit un livre sur la façon de réussir dans les affaires comme son père et possède une ligne de vêtements et de bijoux.
Marié au top model Vanessa Haydon, Donald Jr est père de cinq enfants et concentre ses activités sur le domaine immobilier, son plus jeune frère Eric s’occupant plutôt de la Trump Winery, les vignobles que possède la famille en Virginie. Il s’est marié en 2014 à Lara Yunaska, productrice de l’émission très racoleuse de CBS Inside Edition.
Tiffany Trump (22 ans), la fille de Marla Maples (elle l’a élevée seule), profite quant à elle pleinement de son patronyme, en tant que mannequin, chanteuse et « célébrité sur internet », une « activité » en vogue et qui lui vaut de compter plus de 100 000 « suiveurs » sur l’application Instagram.

Egalement impliquée dans la campagne présidentielle de son père, elle devait faire une apparition à la Convention républicaine qui se tient à Cleveland jusqu’au jeudi 21 juillet. Barron Trump Jr enfin, serait celui des cinq enfants qui ressemblerait le plus au candidat du Parti républicain. Couvé par Melania, il aurait déjà une certaine aptitude dans le management humain...