Gabon : Ping et Nzouba saisissent la Cour constitutionnelle pour contester la Candidature de Ali Bongo

Marie Madeleine Mborantsuo, Présidente de la Cour Constitutionnelle

Deux recours ont été déposés lundi à la Cour constitutionnelle pour contester la candidature du président Ali Bongo Ondimba. Ils ont été initiés par Jean Ping et Guy Nzouba Ndama, tous les deux candidats à l’élection présidentielle d’août prochain. Ils accusent M. Ali Bongo Ondimba d’inéligibilité relative à l’article 10 de la Constitution.

La Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap) a validé le 15 juillet dernier 14 candidatures à la prochaine élection présidentielle. Y compris celle du président Ali Bongo Ondimba, qui brigue un second mandat de 7 ans. Les candidats avaient 72 heures pour saisir la Cour Constitutionnelle. Deux candidats ont présenté des recours devant la haute juridiction pour faire valoir l’inéligibilité du candidat Ali Bongo Ondimba. Il s’agit de Guy Nzouba Ndama et Jean Ping.
Selon eux, l’article 10 de la Constitution empêche le Président Ali Bongo Ondimba de briguer la magistrature suprême. Parce qu’il ne serait pas né gabonais. La décision de la Cour constitutionnelle est attendue dans maximum cinq jours.
Reste à savoir la suite qui sera réservée à ces requêtes présentées par les avocats des deux candidats. La Présidente de la Cour Constitutionnelle, dans une interview accordée à Christophe Boisbouvier de RFI, était très claire.
A propos de l’acte de naissance querellé d’Ali Bongo Ondimba, ce sont les juridictions compétentes qui peuvent statuer. « Si nous sommes saisis, la Cour tranchera au regard des dispositions de la loi relativement à son domaine de compétence et aux conditions de recevabilité des requêtes. » « L’ensemble des membres de la Cour (…) se réunit et examine si la requête rentre bien dans le domaine de compétence dévolue à la Cour constitutionnelle ou non. »

Mme Mborantsuo fait allusion au Tribunal de première instance de Libreville qui est compétent en matière d’état civil pour la circonscription de Libreville.
Le document déposé est la transcription de l’acte produit par Nantes il y a quelques mois.
C’est ce même tribunal qui a délivré un certificat de nationalité au citoyen Ali Bongo Ondimba sur la base d’un acte de naissance. « Cette juridiction ne peut pas se contredire et revenir sur sa décision », a expliqué un juriste.
La démarche entreprise par les deux opposants auprès de la Haute Cour, a peu de chance d’aboutir.
Les autres candidats à l’élection sont Casimir Oye Mba, Bruno Ben Moubamba, Pierre Claver Maganga Moussavou, Dieudonné Minlama Mintogo, Moussavou King…