Le Nigéria Devrait Devenir Le Prochain Hub De L'automobile En Afrique D'ici 2050, Selon Pricewaterhousecoopers


Le Nigéria ne sera pas seul en dans cette course visant à devenir un hub automobile en Afrique subsaharienne. L'indien Tata a annoncé son intention d'accroître sa présence en Afrique en implantant une base d'assemblage au
Kenya. Le constructeur allemand BMW a récemment indiqué sa volonté de renforcer sa présence en Afrique du sud, pour en faire une base de conquête du marché africain. Au Maghreb, le Maroc est déjà un important pool d'assemblage et de fabrication de pièces détachés, pour certains constructeurs européens, et l’Egypte est également une importante base pour plusieurs constructeurs automobiles.Le Nigéria devrait devenir le prochain hub de l'automobile en Afrique, révèle une récente étude publiée par la firme d'audit et d'analyse PricewaterhouseCoopers. Les analyses ayant conduit à cette conclusion reposent sur l'agrégation d'un ensemble de données et les estimations de la firme d'audit. Elles mettent en avant les reformes structurelles effectuées par le gouvernement et ayant eu un impact positif sur le secteur.
« Nous nous attendons à une progression réelle du parc automobile à plus de 25 millions de véhicules, malgré des prévisions de croissances moins vigoureuses entre 5,4% et 4,6% à l'horizon 2050. Cette évolution sera tirée par une hausse de la demande, impulsée par l'augmentation du nombre de personnes actives et un important marché en pleine croissance », explique la firme.
PwC estime aussi que les réformes effectuées par le gouvernement du Nigéria faciliteront le développent des mécanismes locaux de production, d'assemblage et de vente de pièces détachés et, selon divers scénario d'évolutions de la croissance économique, on devrait arriver à une élimination des véhicules d'occasion entre 2035 et 2045. La production locale d'automobile n'est pas une première au Nigéria. Mais des coûts de facteurs important et des défis structurels (énergie, transport) ont contribué à affaiblir le secteur.
Le Nigéria ne sera pas seul en dans cette course visant à devenir un hub automobile en Afrique subsaharienne. L'indien Tata a annoncé son intention d'accroître sa présence en Afrique en implantant une base d'assemblage au Kenya. Le constructeur allemand BMW a récemment indiqué sa volonté de renforcer sa présence en Afrique du sud, pour en faire une base de conquête du marché africain. Au Maghreb, le Maroc est déjà un important pool d'assemblage et de fabrication de pièces détachés, pour certains constructeurs européens, et l’Egypte est également une importante base pour plusieurs constructeurs automobiles.

Agence Ecofin