L’élection présidentielle autrichienne invalidée

Le candidat écologiste Alexander Van der Bellen et celui du parti d’extrême droite FPÖ Norbert Hofer à Vienne, le 24 avril 2016.

C’est une décision sans précédent. La Cour constitutionnelle autrichienne a invalidé, vendredi 1er juillet, le résultat de la présidentielle du 22 mai, qui a vu l’écologiste Alexander Van der Bellen battre de peu le candidat d’extrême droite Norbert Hofer, en raison d’irrégularités dans le dépouillement de certains suffrages.

Alexander Van der Bellen, qui avait remporté le scrutin avec moins de 31 000 voix d’avance, ne sera pas investi le 8 juillet prochain. L’intérim à la tête de l’Etat sera assuré par la présidence de la chambre basse du Parlement, et les Autrichiens devront retourner aux urnes lors d’un nouveau scrutin, organisé sans doute à l’automne.
Cette décision valide le recours déposé par le Parti de la liberté d’Autriche (Freiheitliche Partei Österreichs, FPÖ) de Norbert Hofer auprès de la plus haute juridiction du pays, contestant le résultat du scrutin auprès de la Cour constitutionnelle. Norbert Hofer avait recueilli le 22 mai 49,7 % des voix, Alexander Van der Bellen, l’emportant avec 50,3 % des voix.

« Il n’y a ni perdant ni gagnant »

Les deux candidats avaient été départagés par les votes par correspondance, dépouillés le 23 mai. En tête à l’issue du dépouillement des urnes dimanche soir, M. Hofer avait finalement été devancé de 30 863 voix, selon les résultats officiels parus le 1er juin.
« Les élections sont le fondement de notre démocratie » a estimé le président de la cour constitutionnelle, Gerhart Holzinger, pour justifier une décision spectaculaire qui va sonner comme un nouveau coup de tonnerre dans le ciel européen. « La garantie de ce fondement est notre devoir. […] Il n’y a ni perdant ni gagnant. Notre décision ne doit servir qu’un seul but : renforcer la confiance en notre Etat de droit et par là même en notre démocratie. »
Ni fraude ni manipulation du scrutin du 22 mai n’ont été diagnostiquées par les juges de la plus haute juridiction du pays, mais une accumulation de négligences dans le dépouillement des urnes et des votes par correspondance qui entachent la validité du résultat. L’enquête et les auditions de la Cour ont permis de confirmer que plusieurs dizaines de milliers de bulletins provenant du vote par correspondance avaient été dépouillés de façon irrégulière, soit en dehors des heures légales, soit par des personnes non habilitées, une pratique jusque-là largement tolérée.
lemonde.fr