RDC: Après le meurtre de la jeune congolaise, une chasse aux indiens à Kinshasa

13606956_10154242088537719_593201911850064874_n
Suite à la triste nouvelle du meurtre de la jeune ressortissante congolaise Cynthia Vechel par son époux, http://www.afrikmag.com/congolaise-assassinee-par-son-mari/, comme une réponse du berger à la
bergère, les réactions du côté de Kinshasa n’ont pas mis du temps.
Après que la nouvelle se soit répandue comme une traînée de poudre via les réseaux sociaux, des assaillants s’en sont pris à plusieurs boutiques appartenant aux ressortissants indiens à Kinshasa.
Depuis mercredi 7 Juillet , les Indiens « ne sortent pas », explique Blanchard Mwadi, employé dans un magasin indien. Le ressentiment populaire contre les Indiens semble servir d’exutoire à un désenchantement qui ne demande qu’à s’exprimer.
« A Béni, on tue les Congolais, en Inde on nous tue… Nous voulons que notre gouvernement nous protège. Trop, c’est trop ! », lâche M. Mwadi, qui glisse sans qu’on ne lui demande sur la situation dans l’est de la République démocratique du Congo, dans la région de Béni, ou plus de 600 civils ont péri dans une série incessante de massacres depuis octobre 2014.
Toutefois, une vingtaine d’agents de forces de l’ordre a été déployé dans le quartier de  Ngaba, un des quartiers les plus déshérités du sud de la capitale congolaise. Plus tôt, tous les magasins de la place tenus par des commerçants indiens avaient fermé leurs portes après l’attaque de plusieurs groupes de jeunes.
Les uns rappellent , qu’en fin mai,  trois indiens avaient tué un jeune professeur congolais à New Delhi, ce qui  avait surchauffé les esprits à Kinshasa, mégapole de 10 millions d’habitants.
Les autorités avaient dû exhorter la population à ne pas se faire justice elle-même en s’en prenant aux Indiens, qui tiennent une bonne part de la distribution kinoise : électroménager, habillement, cosmétique, notamment. Au Grand Marché de Kinshasa, toutes les boutiques indiennes étaient fermées jeudi 7 juillet. Elles l’étaient encore vendredi.
Ces incidents surviennent alors que le premier ministre indien Narendra Modi a entamé jeudi 7 juillet au Mozambique une tournée destinée à renforcer l’influence économique de son pays en Afrique.
afrikmag.com