Baisse de revenus chez MTN Cameroun au 1er semestre 2016, malgré de bonnes performances sur la data et le Mobile Money

Baisse de revenus chez MTN Cameroun au 1er semestre 2016, malgré de bonnes performances sur la data et le Mobile Money
Les revenus globaux de la filiale au Cameroun de l’opérateur télécoms sud-africain, MTN International, ont diminué de 8,7% au premier semestre 2016, apprend-on dans les états financiers intérimaires du groupe publiés
le 5 août dernier.
Ce fléchissement des revenus s’explique, apprend-on, par « une baisse des revenus de la voix sortante», situation elle-même consécutive à la désactivation de plusieurs puces (environ 600 000 officiellement) dans le cadre du processus d’identification des abonnés, «la concurrence des prix» et les nombreuses offres promotionnelles caractérisées par la pratique des «minutes (de communication, Ndlr) gratuites».
Cependant, cet opérateur de mobile, qui revendique 57,4% de parts du marché au Cameroun, sur la période sous revue, a clôturé le premier semestre 2016 par une nouvelle augmentation de 49,5% (contre 78,9% à fin mars) des revenus de la data, qui pèsent finalement 18,8% (contre 18,5% au premier trimestre) dans les revenus globaux de l’entreprise. Une performance qui s’explique, apprend-on, par le déploiement de nouveaux sites 3 et 4G à travers le pays.
A fin juin 2016, MTN Cameroun a également enregistré une progression sensible du nombre d’abonnés au service Mobile Money, qui culmine désormais à 2,4 millions de clients, en hausse de 21,1%. Dans le même temps, «le nombre d’abonnés actifs (sur ce service, Ndlr) a cru de 100%, soutenu par une campagne», qui visait à booster l’utilisation de ce produit.
Malgré la suspension de milliers de SIM au terme de la campagne d’identification des abonnés qui s’est achevée le 30 juin dernier, MTN Cameroun a vu sa base d’abonnés augmenter de 5% au premier semestre 2016, pour s’établir désormais à 9,6 millions de clients, contre 9,5 millions à fin mars 2016 et 9,2 millions en fin d’année 2015.  
Brice R. Mbodiam
Investir au Cameroun