Cameroun : Affaire Camair-Co, Yves Michel Fotso se lave à grande eau.

Provoqué par le député de l’Océan (Sud), qui cite son nom comme un exemple de mauvais gestionnaire qui a presque fait couler Camair-Co, Yves Michel Fotso, l’ancien dirigeant de la
Cameroon Airlines a apporté une cinglante réplique. Ceci, depuis la où il croupit.
Dans sa réaction qui nous est parvenue ce matin, Yves Michel Fotso dit tout, Le multimilliardaire camerounais s’est lavé à grande eau se considérant comme un sauveur de la Compagnie dont l’endettement dépassait largement ses capacités de remboursement.
Fotso indique d’emblée que sa gestion à la tête de Camair-Co, « n’a porté préjudice ni à la compagnie nationale, ni à l’État camerounais ». Il précise que la compagnie nationale aérienne, n’a reçu aucune subvention de l’Etat, de juin 2000 à novembre 2003, contrairement aux allégations de l’élu du peuple, qui déclarait que « la Camair-Co ne cesse d’en recevoir.»
«A ma prise de fonction, l’endettement global de la société était de 72 milliards FCFA et à la date de mon départ celui-ci avait été ramené à 38 milliards FCFA», déclare-t-il.
Yves Michel Fotso, indique que, « la Cameroon Airlines a vu son chiffre d’affaires croître de 60 milliards de FCFA en 2001 à 92 milliards de FCFA en 2002, soit une augmentation mémorable de près de 65%. Cela n’était jamais arrivé en 30 ans d’existence de la société !!! ».
Yves Michel Fotso poursuit, «il n’est pas inutile de préciser à votre appréciation Honorable OYONO que c’est uniquement grâce aux recettes réellement encaissées et aux appuis financiers des sociétés du Groupe FOTSO que, dès juin 2001, tous les frais opérationnels ont été progressivement réglés en vue du redémarrage des activités d’une compagnie réduite à l’état végétatif au moment de ma nomination. »
A noter que la justice camerounaise reproche à Yves Michel Fotso, d’avoir distrait au moins 70 milliards de FCFA, dans le contrat d’achat de deux aéronefs, dont un qui devait servir aux déplacements du chef de l’Etat et dans les contrats de location d’avions.

Afrique360