Donald Trump: et maintenant, un candidat apaisé?

Donald Trump lors d'un meeting électoral à Fredericksburg, Virginie, le 20 aout 2016. Le candidat républicain a adopté un ton plus mesuré au cours de la semaine passée.
Messages adressés aux minorités noires et hispaniques, "regrets" pour ses paroles blessantes. Après un nouveau remaniement de son équipe de campagne, le candidat républicain donne des signes d'apaisement.
Cela durera-t-il?
© Reuters/Carlo Allegri Donald Trump lors d'un meeting électoral à Fredericksburg, Virginie, le 20 aout 2016. Le candidat républicain a adopté un ton plus mesuré au cours de la semaine passée.
Donald Trump aurait-il changé? Une visite aux sinistrés de Louisiane, des "regrets" pour les paroles blessantes qu'il a pu prononcer, des appels du pied aux Africains-Américains et aux Hispaniques.
Après une série de sondages défavorables, le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump champion des provocations et des diatribes enflammées semble vouloir imprimer un nouveau ton à sa campagne.
Ce choix est peut-être le fruit de sa nouvelle équipe de campagne, remaniée pour la seconde fois en deux mois. Donald Trump a annoncé, mercredi, la promotion de Kellyanne Conway, une sondeuse républicaine devenue sa directrice de campagne, et de Steve Bannon, outsider populiste, patron du site d'informations conservateur polémique Breitbart News, comme directeur général.

Parfois, "on ne choisit pas les bons mots"

Jeudi, le candidat populiste a pour la première fois exprimé ses "regrets" -mais pas ses excuses- pour les paroles blessantes prononcées au cours de la campagne, lors d'un discours en Caroline du Nord. "Parfois, dans le feu de l'action dans un débat, ou en s'exprimant sur de multiples sujets, on ne choisit pas les bons mots ou on dit la mauvaise chose", a-t-il déclaré. "Cela m'est arrivé". "Et vous n'êtes pas obligés de me croire, mais je le regrette", a-t-il ajouté, dans un rare moment d'humilité.

Une tentative de charmer les Noirs

Vendredi, il a tenté de persuader les électeurs noirs américains, traditionnellement favorables aux démocrates, de se rallier à lui. "Aucun groupe en Amérique n'a plus souffert des politiques d'Hillary Clinton que les Noirs", a déclaré le milliardaire lors d'un meeting à Dimondale, dans le Michigan. "Vous vivez dans la pauvreté, vos écoles sont mauvaises, vous n'avez pas de travail, 58% de votre jeunesse est au chômage. Mais qu'est-ce que vous avez à perdre ?"

Compassion pour les sinistrés de Louisiane

Quelques heures plus tôt, le milliardaire s'était rendu en Louisiane, frappée par de très graves inondations, alors que le président Obama n'a pas interrompu ses vacances pour visiter la région sinistrée -le président américain a finalement annoncé qu'il s'y rendrait mardi et voulait éviter de perturber les forces de l'ordre par une visite présidentielle.

Un geste en faveur des Hispaniques ?

Ce dimanche, Kellyanne Conway est revenue sur l'une des déclarations les plus controversées du candidat républicain: celle de déporter les quelque 11 millions de sans-papiers. Un geste qui vise principalement la communauté hispanique, dont le poids ne cesse de croître dans l'électorat américain. "Le sujet reste à déterminer", a répondu la directrice de campagne interrogée par CNN sur la modération de Donald Trump lors d'une rencontre avec son nouveau Conseil hispanique, samedi. Le populiste aurait déclaré vouloir agir de manière "juste et humaine", a développé Kellyanne Conway: Donald Trump "défend l'application de la loi, que nous respections les Américains qui cherchent des emplois bien rémunérés et que nous soyons justes et fassions preuve d'humanité à l'égard de ceux qui vivent parmi nous".
Par le passé, il avait promis de mettre en place une force spéciale chargée d'expulser les millions de clandestins --Mexicains pour la moitié d'entre eux-- vivant sur le sol américain.
Donald Trump sera-t-il capable de modérer durablement son discours et cette modération permettra-t-elle de le faire remonter dans les sondages? Sa première publicité télévisée, divulguée vendredi, un clip essentiellement axé sur la sécurité et des images de flots d'immigrés se ruant vers les Etats-Unis n'allait pas dans le sens de cette nouvelle modération.