Eduquer au Développement Durable : l’importance des synergies multipartites!

developpement-durable
Défini de façon consensuelle comme un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs[1], le développement durable est
aujourd’hui au cœur des réflexions et des prises de décisions. Les nombreuses crises économiques, sociales et environnementales de par le monde soulèvent des inquiétudes pour notre avenir commun. Il est primordial qu’interviennent des mutations fondamentales et structurelles à long terme de nos systèmes socioéconomiques, ainsi que des changements de comportements, notamment individuels. L’éducation – dans son sens le plus large en tant qu’action de former, développer et faire grandir l’individu, non seulement pour lui-même, mais aussi pour qu’il puisse participer à la construction de la société[2] a un rôle prépondérant à jouer. L'éducation en tant qu’outil de transmission d’une génération à l'autre est l’un des instruments les plus puissants pour réaliser ce changement structurel et façonner un avenir viable pour tous.
De ce fait, il faut repenser l’éducation[3] en termes de durabilité afin qu’elle serve d’appui et de catalyseur pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) tels qu’énoncés par les Nations Unies en septembre 2015. En ligne avec un proverbe africain « un seul bras ne peut faire le tour d’un baobab » pour signifier la nécessité de l’union pour réussir un défi aussi colossal, les partenariats rassemblant plusieurs acteurs sont l’une des  clés pour atteindre ces ODD. Les acteurs privés, publics doivent œuvrer individuellement et surtout collectivement pour relever les défis auxquels nous faisons face.
Qu’est-ce-que l’Éducation au Développement Durable ?
Selon l’Unesco (en charge de coordonner la mise en œuvre du Programme d'action mondial pour l'EDD), l’éducation au développement durable consiste à intégrer dans l'enseignement et l'apprentissage les thèmes clés du développement durable. Il s’agit par exemple d’aborder le changement climatique, la prévention des catastrophes, la biodiversité, la réduction de la pauvreté ou la consommation durable. Elle est intrinsèque et transversale : elle fait corps avec les disciplines déjà enseignées et simultanément se pense dans l’interaction entre les différents champs disciplinaires. L’EDD ne doit pas être perçue ou traitée comme une nouvelle discipline d’apprentissage. Elle se construit et s’adapte au niveau scolaire et au public en apprentissage. De ce fait, l’EDD débute dès les premiers cycles de l’éducation (maternelle) et se poursuit dans les dernières années de l’éducation formelle (enseignement supérieur).
EDD : de la nécessité de réformer les systèmes éducatifs !
Une Éducation au Développement Durable demande de transformer de fond en comble l’environnement éducatif de chaque pays. Elle doit être spécifique à chaque pays selon les enjeux et ambitions de celui-ci en matière d’éducation, d’environnement, d’économie etc.  Développer une EDD demande d’intervenir sur différents volets dont les plus importants sont :
  • Le contenu de l’apprentissage > intégrer les enjeux du Développement Durable aux programmes éducatifs et concevoir des outils d’apprentissage innovants et interactifs. Définir un plan d’action, une stratégie et des indicateurs de suivi…
  • La pédagogie et la méthodologie d’apprentissage > renforcer les compétences des personnels éducatifs. La faiblesse et le manque de compétences des éducateurs est l’un des premiers obstacles à l’Éducation au Développement Durable[4]
  • L’action et la mise en pratique > encourager la réflexion critique, la prise de décision des apprenants sur des problèmes de leur quotidien. Planifier et réaliser des projets individuels et collectifs en réfléchissant aux liens entre les actions et leurs impacts.
Quels acteurs pour une EDD efficace ?
Dans la réflexion et l’application des chacun de ces volets, il est nécessaire d’inclure des acteurs externes (à la classe et au milieu scolaire) : instaurer le dialogue et la collaboration entre tous les acteurs de la société. En matière d’EDD, il est nécessaire que toutes les parties prenantes travaillent en synergie. Par parties prenantes ici on entend toute structure (publique, privée) impliquée de près ou de loin par l’éducation. On peut citer de manière non exhaustive, les pouvoirs publics, les organisations de la société civile, les entreprises, les apprenants, les médias…
  • Les pouvoirs publics: pour atteindre les Objectifs de Développement Durable dont l’objectif numéro  4 est l’accès à une éducation de qualité intégrant les enjeux de Développement Durable, il est primordial d’instaurer un leadership politique fort. Celui-ci favorise un climat organisationnel nécessaire au changement, mobilise les ressources adéquates. Ainsi le renforcement des politiques d’éducation en ligne avec les engagements mondiaux, régionaux, nationaux et locaux en est la pierre angulaire.
  • Les organisations de la société civile œuvrent sur le terrain et pour beaucoup ont un rôle de lanceurs d’alerte (notamment en ce qui concerne la préservation de l’environnement). Elles ont un rôle non-négligeable à jouer : d’une part à travers leur participation à la refonte des ouvrages pédagogiques, en développant des programmes éducatifs extrascolaires qui complèteraient les enseignements théoriques. Il est essentiel d’intégrer davantage de contenus et de pratiques d’apprentissage axés sur l’EDD afin de s’assurer que tous les apprenants aient les connaissances, les attitudes et les compétences nécessaires pour répondre aux défis du développement durable tout au long de leur vie et d’autre part, dans le renforcement de compétences des équipes éducatives. En effet, le déficit de compétences en éducation au développement durable des éducateurs, reste encore un obstacle majeur à surmonter.
  • Les entreprises en tant que structures de création de valeur économique ont été les 1ères à intégrer les enjeux de Développement Durable. À travers leurs engagements de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) elles doivent trouver des réponses aux problèmes auxquels elles font face tous les jours. Elles doivent ainsi participer à la refonte des programmes scolaires (surtout dans l’enseignement supérieur et la formation technique). Il convient de faire évoluer les profils et les compétences professionnels pour les adapter aux métiers dont les entreprises ont besoin ; de développer l’offre de stage, mentorat et autres moyens d’accompagnement et d’insertion professionnelle
  • Les apprenants doivent jouer un rôle de premier plan en tant qu’agents du changement : ils sont des ambassadeurs de choix auprès de leurs parents et du reste de la communauté. En tant que partie prenante (beaucoup ignorée), ils doivent activement et davantage être impliqués aux discussions relatives à leur avenir. La mise sur pied de club ou comité développement durable dans les établissements scolaires est une piste pour intégrer les apprenants dans cette démarche.
  • Les médias (presse écrite, radios, télévisions etc.) peuvent contribuer à l’EDD à travers la vulgarisation des enjeux de Développement Durable. Ceci peut prendre plusieurs formats : article de presse, émission-débat TV ou radio, diverses campagnes de sensibilisation et d’information. Mais ceci toujours en collaboration avec les autres parties prenantes.
En septembre 2015, les Nations Unies ont adopté de nouveaux objectifs (pour mettre fin à la pauvreté, lutte contre les inégalités et l'injustice et faire face au changement climatique d'ici à 2030) afin de parvenir à un Développement Durable. Pour autant ces 17 objectifs ne pourraient être atteints sans un changement de paradigme notamment un ajustement des systèmes éducatifs. D’où l’importance de la mise en place d’une approche intégrant l’Éducation au Développement Durable au sein des diverses structures de formation, d’apprentissage. Après avoir précisé ce qu’est l’Éducation au développement durable, nous avons pu présenter des actions prioritaires pour l’EDD :
  • Aligner les politiques de formation et d’apprentissage aux enjeux de Développement Durable
  • Renforcer les compétences des personnels éducatifs.
  • Mettre en place des projets structurants
Les principaux obstacles observés sont l’absence ou la faiblesse des stratégies/politiques d’éducation au développement durable. À cela s’ajoute le manque / la faiblesse des compétences des équipes éducatives. Cet article se veut un plaidoyer pour la mise en commun des forces vives de toutes les parties prenantes car les partenariats multipartites sont une solution pour pallier les obstacles ci-dessus énoncés. L’éducation au Développement Durable est un vrai défi à relever en Afrique mais certains pays en ont pris la mesure et prennent des initiatives dans ce sens que nous devons valoriser.
 
Rafaela ESSAMBA 
terangaweb.com