Et Ces Diplômés Africains Qui Se Cassent La Gueule En Rentrant


L’Afrique est à la mode. Les émissions de radio-TV qui racontent l’histoire des Africains de retour sur leur continent sont de plus en plus nombreuses. La majorité des scénarios présentés se terminent par un happy
end. Très peu de médias osent parler de ces diplômés africains qui se cassent la gueule en rentrant. L’hyper stigmatisation d’autrefois a remplacé l’hyper encensement. Retours d’expérience.

Aux consultants de Knowdys, n°1 de l’intelligence économique en Afrique, ils osent se confier. Car ici, les experts ne connaissent pas la langue de bois. « Il n’y a pas pire étranger que celui qui revient », prévient Guy Gweth, fondateur de l’agence de conseil, à longueur de conférence aux futurs « inpats ». Certains écoutent et prennent du recul, mais d’autres s’entêtent, croyant bien connaître leur continent d’origine. Leurs trajectoires ne sont pas toujours aussi linéaires que dans les émissions de télévision.

Ceux qui arrivent avec un complexe de supériorité sont les plus déçus. Dans les années 60-80, faire ses études à l’étranger et retourner au pays était la garantie d’un bon poste dans l’administration ou dans le secteur privé. Aujourd’hui, la foule des demandeurs d’emplois ne permet plus cette aisance, sauf dans les secteurs très pointus de l’industrie ou des technologies, sauf lorsqu’on a des appuis….

Laura, 28 ans et MBA en poche, a dû compter avec beaucoup d’humilité sur un parent haut placé dans une grande entreprise locale pour se faire embaucher à un poste acceptable. « Quand on suit les émissions sur la croissance africaine dans les médias, on se demande ce qu’on fout dans le froid à souffrir sans s’épanouir alors que d’autres profitent du soleil et de nos richesses », dit-elle. A la déception s’ajoute souvent la jalousie tenace de ceux qui, restés sur place, tiennent à montrer aux « inpats » que prendre l’avion n’apporte pas le bonheur d’office.

Ceux qui arrivent avec un esprit critique sont ceux qui souffrent le plus. C’est le cas d’Alex qui s’attendait à trouver un système administratif qui fonctionne comme celui qu’il a connu à Bordeaux où il a obtenu son doctorat en droit international. « J’avais eu la chance d’écouter les responsables de Knowdys au cours d’une conférence, c’est ce qui m’a sauvé. Vous pouvez vous suicider si vous n’êtes pas préparé. Ici, il faut tout payer : le papier, les timbres et même les pots de vin. Sinon, les gens s’en foutent. Pour eux, l’émergence, c’est à la télé », conclut-il.

Ceux qui veulent entreprendre doivent souvent faire face à une administration qui semble leur en vouloir. Depuis les indépendances, les membres de la diaspora sont généralement vus comme des opposants qui viennent révolutionner les mentalités locales. L’entrepreneuriat est rarement la priorité des autorités, malgré le discours officiel. « Ceux qui viennent chez Knowdys sont entrainés à adapter leur idéalisme aux réalités locales. Sinon, ils se cassent la gueule au bout de trois mois et refont leurs valises », selon les mots de Guy Gweth, Responsable du programme « Doing Business in Africa » à l’École Centrale de Paris et à l’EMLyon.