Etats-Unis : Cet homme sera exécuté le 24 août, pour un crime qu’il n’a pas commis… Voici la raison !

BON
L’homme qui subira injustement le courroux de la justice, n’est autre que Jeffrey Wood, et il doit recevoir une injection létale, mercredi 24 août prochain, conformément à une loi de l’Etat du Texas.

Jeffrey est accusé de complicité d’un homicide commis par son ami. Pour la petite histoire, les faits remontent au 2 janvier 1996, et Jeffrey n’avait que 22 ans à l’époque. En complicité avec son ami Daniel Reneau, ils ont décidé d’aller braquer une station-service dans une petite ville au nord-ouest de San-Antonio.
Une fois arrivés sur le lieu pour exécuter leur plan d’attaque, Jeffrey reste dans la voiture pour surveiller et attendre son ami Reneau qui exécute le braquage avec une arme. A l’initial, il était prévu que ce dernier entre dans la boutique pour s’emparer du coffre-fort. Mais le plan va vite tourner à la catastrophe. Car, le complice de Jeffrey a perdu le contrôle en appuyant sur la gâchette pour loger une balle entre les yeux du gérant.
Ayant entendu le coup de feu, Jeffrey se déplace pour aller voir, à sa grande surprise il trouve le corps du monsieur par terre. Pris de panique, et sur les ordres de son complice, il démonte le système de surveillance vidéo. Les deux hommes prennent la fuite en emportant le coffre-fort et le tiroir-caisse.
Mais très rapidement, Ils seront arrêtés le lendemain, après avoir été identifiés par des témoins. Ils écopent de la plus lourde peine. Daniel Reneau est exécuté en 2002. Après vingt ans de prison, Jeffery Wood à son tour doit recevoir une injection létale, mercredi, même s’il n’était pas dans la station-service au moment du meurtre.
C’est en vertu d’une loi de l’Etat du Texas, nommée Law of Parties (“loi des parties”, en français), que Jeffey sera donc exécuté. Selon la Law of Parties, une loi extrêmement répressive en vigueur au Texas, peu importe qu’un suspect ait directement tué ou non. Ce texte permet de condamner à la même peine que le meurtrier n’importe quelle personne liée à un projet criminel dont l’issue était prévisible.
“Si, dans la tentative de réaliser une conspiration pour commettre un crime, un crime est commis par l’un des conspirateurs, tous les conspirateurs sont coupables de ce crime”, affirme ce texte controversé.
Cette exécution suscite plusieurs réactions aux Etats-Unis. Le comité de soutien du prisonnier, centré autour de sa famille, remue ciel et terre pour empêcher cette mise à mort. Une pétition en ligne réunit plus de 7 000 signatures en sa faveur et un rassemblement s’est tenu, jeudi 18 août, devant le Capitole d’Austin, la capitale du Texas. On attend de voir si les autorités l’entendront d’une bonne oreille, d’ici à Mercredi.
afrikmag.com