Etats-Unis: les soutiens de Trump tentent de décrédibiliser Hillary Clinton

media
Aux Etats-Unis, les spots télévisés sont un élément incontournable des campagnes électorales. Hillary Clinton a ainsi déjà dépensé 60 millions de dollars, et prévoit d'en investir 100 millions de plus d'ici novembre.
Donald Trump, qui a longtemps eu du mal à financer sa campagne, n'a pas encore eu recours à ces mini-films. Mais ses groupes de soutien, les super PAC, le font à sa place, non pour défendre son programme, mais pour attaquer Hillary Clinton. Cette semaine, démarre ainsi la diffusion d'un spot sur l'enrichissement, sous-entendu frauduleux, de la candidate démocrate.
Avec notre correspondant à New YorkGrégoire Pourtier
Donald Trump joue de son image de businessman accompli, mais il pourrait être moins riche que ce qu'il prétend. A l'inverse, les Clinton n'ont aucun intérêt à étaler leur confort financier : ils n'ont jamais travaillé dans le privé. Et puis il y a leur fondation, à but humanitaire, écologique et philanthropique, qui reçoit des fonds controversés, de l'Arabie saoudite, d'Oman ou du Qatar.
Alors justement, un groupe de soutien à Trump s'engouffre dans la brèche avec une vidéo de 28 secondes. Le clip commence avec une interview d'Hillary Clinton, juste après qu'elle ait quitté la Maison Blanche. L'ex-première dame affirme que le couple est alors endetté, et une voix off enchaîne. « Cela n'a pas duré longtemps. Une fondation a été créée, et l'argent a commencé a afflué. Conférences, connexions et donations. Régimes misogynes, membres de Wall Street, dictateurs corrompus. Ils ont tous eu quelque chose en commun : leur argent a été accepté. Les Clinton possèdent désormais plus de 100 millions de dollars ».
Que les Clinton aient fait fructifier leur situation depuis 15 ans, c'est indéniable. Que leur patrimoine s'élève aujourd'hui à 100 millions de dollars, c'est, selon plusieurs études, très exagéré. Le groupe de soutien à Trump est, lui, prêt à investir 3 millions de dollars pour la diffusion nationale de ce clip, et surtout pour le marteler dans trois Etats-clés disputés : l'Ohio, la Caroline du Nord et la Floride.
Par