Le petit secret de Mark Zuckerberg…

mark2
Haa, les états-Unis ! Leurs hamburgers géants, leurs starlettes hollywoodiennes, leur finale du Superbowl… et surtout leur vision très positive de l’échec. 

Le fameux échec entrepreneurial, cet horizon qui glace tout aspirant porteur de projet et qui fait frissonner les dirigeants. La faillite d’une boîte ou, à moindre mesure, tout échec d’un projet lancé en interne, est vu en France comme la honte suprême pour quiconque ose franchir le pas de la création d’entreprise. Jusqu’à peu, les chefs d’entreprise connaissant un dépôt de bilan se voyaient même fichés à la Banque de France et dans une situation très compliquée pour rebondir et créer une nouvelle structure. Et pourtant, les chiffres sont formels : 75 % des entreprises qui se lancent sont vouées à l’échec. De même, parmi le peu de start-ups qui réussissent à franchir le cap des 3 ans d’existence, combien auront connu un parcours sans aucun accroc, vierge de tout échec, même minime ? Pouvez-vous en citer une au moins ? Hé bien non, toutes les entreprises naviguent de micro-échecs en grosses déceptions. Néanmoins, peu de dirigeants osent aborder ce point. Les échecs sont vus comme les parts d’ombre de leurs parcours, ce qu’il faut absolument essayer de cacher.

Éloge de l’échec

Et si nous adoptions enfin en France une nouvelle façon de voir les choses ? Si nous nous inspirions des états-Unis et de la vision constructive qu’ils ont de l’échec ? Car, aux états-Unis, il n’y a tout simplement pas de réussite qui puisse être considérée comme telle sans qu’elle soit accompagnée d’échecs. Loin d’être simplement toléré, l’échec y est vu comme la cause de la réussite. Certains entrepreneurs sont même allés plus loin et ont développé une théorie du succès pour les start-ups reposant entièrement sur le concept d’échec. Cette méthode, c’est le fail fast (échouer rapidement). Elle est suivie par tous les entrepreneurs à succès de la mythique Silicon Valley, avec, en figure de proue, le géant des réseaux sociaux Facebook.

Rapidité et agilité : les points forts des start-ups

Le fail fast, késako ? La méthode relève d’une philosophie simple, inspirée par l’univers des développeurs web : il s’agit de lever les freins à l’audace pour tenter de lancer des projets, rapidement, sans trop se poser de questions, quitte à connaître des échecs. L’idée est de tester des nouveautés, des idées, des projets, le plus rapidement possible, et de voir si ceux-ci aboutissent sur un demi-succès à améliorer ou sur un échec. Se lancer comme cela rapidement dans l’action permet aux start-ups de ne pas perdre trop de temps (et donc d’argent), si le projet est voué à ne pas prendre auprès des clients. En cas de succès, le potentiel d’une idée peut ainsi être vite repéré et creusé. Cette rapidité d’action et de réaction est-ce qui fait la nature même du succès des start-ups face aux grands groupes, lents à manœuvrer. Faire de la méthode du fail fast une véritable philosophie d’entreprise déverrouille la créativité des équipes et permet aux start-ups d’avancer vite, sans dépenser trop. Dans les start-ups innovantes de la Silicon Valley, les équipes sont encouragées à tester des micro-projets sur une période de temps courte. De ces initiatives découlent pas mal d’échecs, mais naissent aussi toutes les innovations un peu hors du commun qui vont permettre à la start-up d’émerger et de s’imposer sur son marché.

Du fail fast au fail harder

Le fail fast est depuis toujours une méthode de développement prisée par le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg. L’entrepreneur va même plus loin… Plutôt que de prôner le fail fast, il a inscrit sur les murs de son entreprise une expression bien plus forte : « fail harder » (échouer plus fort) ! L’idée est claire, l’entrepreneur invite ses équipes à tenter des projets, même s’ils doivent pour cela échouer. Mais, là où se trouve la différence avec le « fail fast », est que le fondateur pense que, quitte à échouer, autant y aller franchement ! Mark Zuckerberg encourage ses salariés à tenter des choses sans demi-mesure, sans hésiter, car cela sera plus productif que s’ils se lançaient en hésitant un peu. En clair, l’entrepreneur pense qu’un bon ratage, qui est riche d’enseignements et qui apprend beaucoup aux équipes sur les pistes à suivre pour connaître le succès, vaut mieux qu’un petit échec, qui n’aura pas servi à grand-chose. On est loin de la timidité qu’ont les français à oser aborder le thème de l’échec. Même si de plus en plus de start-ups se convertissent et encouragent leurs équipes à oser. Les entrepreneurs commencent à prendre conscience que la stratégie de l’échec est au final bien plus productive que la méthode classique. La stratégie de développement classique des entreprises vise à développer un projet de A à Z et à en théoriser tous les aspects avant d’oser le lancer… et peut-être de connaître un gros échec, beaucoup plus nuisible à la pérennité de l’entreprise. Les entrepreneurs français passent leur temps à se demander quel est le secret de la réussite des entreprises de la Silicon Valley. Et si la cause de leur réussite était finalement à trouver du côté de leurs échecs ?! 
dynamique-mag.com