L’élection de la nouvelle Miss Cameroun 2016 contestée… les raisons

1
Quelques heures seulement ont suffi après l’élection de Julie Nguimfack comme Miss Cameroun 2016, dans la nuit du Samedi à dimanche, pour voir la toile inondée de messages de contestation, dont certains se
rapprochent trop près du tribalisme.
Originaire du département de la Menoua dans la région de l’Ouest Cameroun, la jeune Julie a été élue Miss au terme d’une compétition amplement disputée.
Pour certains internautes, cette élection n’a pas été faite en toute objectivité. La demoiselle qui a été élue Miss Cameroun 2016 est trop maigre et moche comme femme. D’autres internautes ajoutent même que cette dernière n’était pas la plus belle femme de cette édition, elle est loin de représenter la beauté Camerounaise.
Dans une publication sur facebook, le journaliste Armand Ougock n’a pas caché sa déception sur cette élection très approximative de la nouvelle Miss Cameroun. Selon lui, la belle femme qui peut être élue Miss Cameroun ne doit pas automatiquement être maigre. Cette élection de Miss Cameroun 2016 n’a pas tenue compte de certains critères de beauté chez nous les Bantoue.
« Une certaine école a réussi à nous faire avaler que les belles femmes sont maigrelettes, maigrichonnes. Ou avons-nous mis les canons de beauté de la femme bantoue ? », s’est-il révolté avant de poursuivre « Avec la peau sur les os, ce que j’ai vu à la télévision est loin d’être représentatif de la beauté camerounaise », conclut-il en qualifiant au passage la présidente du Comité d’organisation de Miss Cameroun de ”proxénète”.
Ces critiques sont partagées par Sismondi Barlev Bidjocka, journaliste à Radio Siantou, une radio urbaine au Cameroun. « Pourquoi on ne respecte pas les canons de la beauté bantoue. Chez les Bantous, la belle femme est celle qui a des rondeurs, sans être difforme. La belle femme bantoue n’est pas uniforme », s’enflamme-t-il.
Peut-être dans l’avenir, les membres du jury des prochaines éditions tiendront compte des autres critères de beauté que ceux qu’ils appliquent actuellement et qui s’inspirent de l’Occident, notamment les critères du poids et de la taille.
 source: afrikmag.com