USA-Programme économique choc de Donald Trump, le candidat républicain à la Maison Blanche, prône une bonne dose de réductions d'impôts pour doper l'économie américaine et séduire les électeurs.

Donald Trump, le candidat républicain à la Maison Blanche, prône une bonne dose de réductions d'impôts pour doper l'économie américaine et séduire les électeurs.
Donald Trump, candidat républicain à la Maison Blanche, a présenté lundi à Detroit, la ville de l'automobile, son programme économique en vue de l'élection présidentielle de novembre.

Une bonne dose de reduction d'impôts pour satisfaire l'électorat, des renégociations commerciales dans le Pacifique et sur le climat pour trancher avec le mandat Obama, voici en résumé la potion magique de Donald Trump pour briguer la Maison Blanche en 2016.
Lundi, à Detroit, "Motor City", il a présenté les grandes lignes de son programme économique sur lequel les Américains sont toujours très attentifs. Et sans surprise, il contient des propositions conformes à l'orthodoxie républicaine. Mais plus surprenant, des mesures en rupture, notamment contre le libre-échange.

Baisses d'impôts

Pour les particuliers: Donald Trump a légèrement modifié sa proposition initiale de réforme de l'impôt fédéral sur le revenu, qu'il souhaite rendre moins progressif afin de s'aligner sur ce que la majorité républicaine du Congrès souhaite mettre en place: trois tranches au lieu de sept actuellement, avec réduction du taux maximal de 39,6 à 33%. "Le taux d'imposition de la plupart des travailleurs américains sera de zéro", a-t-il dit.
Pour les parents: le candidat propose de permettre la déduction fiscale "complète du coût moyen de la garde d'enfants", sans plus de précisions.
Sur les successions: répondant à une grande revendication des conservateurs, Donald Trump souhaite supprimer l'impôt sur les successions, qui ne frappe plus aujourd'hui que celles supérieures à cinq millions de dollars pour un particulier.
Pour les entreprises: baisse de l'impôt sur les sociétés de 35 à 15%. Taxe de 10% sur le rapatriement des bénéfices réalisés à l'étranger. Moratoire sur toute nouvelle réglementation économique et élimination de celles "qui ne sont pas nécessaires, n'améliorent pas la sécurité et détruisent inutilement des emplois".Le candidat n'a pas décrit la façon dont il financerait son important plan de baisses d'impôts, autrement que par une hausse supposée de la croissance, ce que contestent plusieurs économistes.

Renégociations commerciales

Partenariat transpacifique: Donald Trump se retirerait du "TPP" conclu en 2015 par Barack Obama avec 11 pays du pourtour pacifique, et dont la ratification est actuellement bloquée au Congrès américain.
Amérique du Nord: Donald Trump souhaite renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), négocié avec le Mexique et le Canada par les présidents George H. W. Bush puis Bill Clinton, entré en vigueur en 1994. C'est principalement le Mexique, où de nombreuses usines américaines ont été délocalisées, qui est visé par le républicain. Le candidat souhaite inclure de nouvelles protections contre la manipulation monétaire et la possibilité de sanctions douanières contre "les pays qui trichent en subventionnant leurs produits".
Chine: "La Chine est responsable de près de la moitié de notre déficit commercial", a martelé Donald Trump. Il souhaite poursuivre les Chinois pour le vol de propriété intellectuelle, lutter contre le dumping commercial chinois et la manipulation de la monnaie chinoise.

Energie

Climat: annulation du plan climat de Barack Obama. Annulation de l'accord de Paris sur le climat.
Charbon: relance de l'extraction de charbon en supprimant des réglementations environnementales qui rendaient les anciennes centrales thermiques au charbon obsolètes.
Pétrole et gaz: relance de l'extraction offshore. Demander à la société TransCanada de renouveler la demande de permis pour son projet d'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis, rejeté par l'administration Obama en 2015.
msn.com