Clinton-Trump: deux camps sous pression à quelques heures du face-à-face

media
Le premier débat entre Hillary Clinton et Donald Trump aura lieu ce lundi soir 26 septembre à Hofstra
University, dans la banlieue de New York. Les études annoncent  une audience record, avec près de 100 millions de téléspectateurs. Les échanges, eux, vont durer 90 minutes avec des séquences sur des sujets aussi divers que l’économie, la sécurité nationale ou l’Amérique de demain. Sur le campus de l’université, la journée de dimanche était consacrée aux dernières répétitions. Les équipes sont tendues et les supporters tentent de se rassurer.
Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio
Dans le grand amphithéâtre de l’Université Hofstra à New York, l’équipe de campagne de Donald Trump répétait encore dimanche soir et ils vont à nouveau travailler ce lundi. Jusqu’au dernier moment, on règle les lumières, les pupitres, on inspecte la salle. Rien n’est laissé au hasard. Les émissaires d’Hillary Clinton et de Donald Trump ne se croiseront pas jusqu’à l’heure du débat.
Mille personnes triées sur le volet seront dans la salle ce soir. Les places sont équitablement partagées entre les états-majors des candidats et une petite proportion d’étudiants ont été tirés au sort. Peter Ewer travaille pour la commission chargée d’organiser les débats : « La ministre Clinton sera sur la droite, et donc Monsieur Trump, pour le public, sera sur le côté gauche. La première question sera adressée à Madame Clinton. Les spectateurs seront mis en garde avant le débat : ils doivent rester silencieux, car nous pensons vraiment qu’ils ne doivent pas intervenir dans le débat. » Près de 7 000 journalistes sont accrédités pour l'événement, c'est dire l'ampleur du show médiatique attendu.
C'est que cepremier débat intervient à un moment crucial de la campagne présidentielle américaine car les récents sondages étant extrêmement serrés. Certes Hillary Clinton est toujours en tête, mais l’avance de la candidate est désormais dans la marge d’erreur. Les sondages se sont intéressés au public qui prévoit de rester devant son écran ce lundi soir : 80 % des électeurs ont répondu qu’ils allaient regarder tout ou une partie de ce débat.
20 % d'indécis
La tension est palpable dans les deux camps. Pour John Gizzi, journaliste républicain et soutien de Donald Trump, ce dernier doit absolument garder son calme. « S’il réussit à montrer aux spectateurs qu’il n’est pas seulement le roi de l’insulte, il apparaîtra comme présidentiel. »
Je sens que ça va bien se passer. Donald Trump est équilibré, il n'est pas anxieux. [...] Il a fait le tour du pays pour délivrer des discours dans des stades, et je le vois à la fin de la journée, il est aussi frais qu'en se réveillant.
Jon VoightActeur 26/09/2016 - par Anne-Marie Capomaccio Écouter
Chez les partisans d’Hillary Clinton, la préoccupation est au contraire l’angle d’attaque à adopter contre Donald Trump. L’objectif serait de le faire sortir de ses gonds sans céder à la colère. « Elle ne descendra pas au ras du caniveau avec lui. Elle va se montrer au-dessus de ça et le public va le voir ! Elle est capable de tenir tête à n’importe qui », soutient Sheila Bronfman, une supportrice.
Trump n'a pas les connaissances qu'elle a sur la politique, les programmes, la diplomatie. J'espère qu'il va aller dans la caniveau pour se salir.
Bob NashMilitant démocrate 26/09/2016 - par Anne-Marie Capomaccio Écouter
Près de 20 % des électeurs affirment ne pas avoir encore fait leur choix. C’est d'abord à eux que les deux candidats vont s’adresser ce lundi soir.
 
Sur scène, l'équipe de Donald Trump s'occupe des derniers réglages, dimanche 25 septembre 2016.RFI/Anne-Marie Capomaccio
Se préparer pour un débat c'est comme se préparer pour un film....vous avez des gens qui écrivent, des consultants pour la garde-robe, les cheveux, le maquillage...et même des comiques !
Le face-à-face Trump-Clinton, l'affrontement à ne pas manquer
Par