Exclusif- L’arrivée du nouveau DG de la CRTV commence à poser un véritable problème de management. A peine arrivée, le journaliste Aimé Robert Bihina vient d’annoncer son départ à la tête de l’émission la plus regardée de la CRTV scène de presse. La question qu’on doit se poser: est ce qu'un bon journaliste peut être un bon manager ?

Afficher l'image d'origine
Avec l’arrivée du nouveau DG, la Crtv commence déjà à  tomber sur les erreurs de Canal2 international qui ne laisse jamais un journaliste émergé à la tête d’une émission. Chose que nous voyons uniquement au
Cameroun. En France que nous aimons prendre comme exemple dans le domaine de l’audio visuel, nous avons vu les journalistes de France2, TF1 etc… fait plus de 25ans à la tête d’une émission. Cette stratégie rendait ces émissions populaires, car c’est le présentateur qui fait l’émission. Le départ d’un journaliste peut entrainer la fin d’une émission populaire.
Au Cameroun, ça devient de plus en plus difficile de voir un journaliste de la chaine Canal2 international conduire une émission pendant plusieurs années. Erreur stratégique et déficit  de management. Ce qui pousse les Camerounais  à devenir accros à des chaines étrangères.  Voilà que la Crtv entre dans la danse. Les patrons de ces chaines oublient que le départ d’un présentateur vedette à la tête d’une émission entraine automatique le départ de la majorité des téléspectateurs de cette émission. Car le nouveau présentateur doit prendre le temps pour courtiser ses téléspectateurs.
 Je me demande si ces patrons mènent des études ou sondage sur le terrain pour avoir l'avis des téléspectateurs avant de procéder à des mutations des journalistes à la tête des émissions populaire. Nous avons vu à la STV, le départ du journaliste Thierry Ngongang à la tête de l’émission Carte sur table et entretien a affaibli considérablement cette chaine en termes de taux d’audience.
Dans les télévisions sérieuses ou le management est moderne, il y a des émissions phare qu'on ne touche par les journalistes vedettes n'importe comment, sauf en cas de démission ou de retraite. il n'y a qu'au Cameroun ou on voit un patron déplacer un journaliste vedette à la tête d'une émission comme il veut. le management est l'art et la science de la gestion, les patrons Camerounais dans le domaine de l'audio visuel doivent apprendre le management.
La question qu’on doit se poser, y a-t-il des bons managers à la tête de nos médias audio-visuels au Cameroun ? 
Ces patrons pensent t-ils à des millions de téléspectateurs qui regardent ces émissions populaires avant de prendre certaine décision?
Paul Yano