Gabon- Présidentielle 2016 :La somme de trois millions (3.000.000) d’Euros aurait été déboursée au profit de la presse française pour soigner son image. Lui, c’est Ali Bongo Ondimba

La somme de trois millions (3.000.000) d’Euros  aurait été déboursée au profit de la presse française pour soigner son image. Lui, c’est Ali Bongo Ondimba dont les images sont plus présentes en France, comme s’il était candidat
face à Hollande ou Sarkozy.
L’entretien de France 24 vient confirmer que l’homme est en difficulté et est prêt à réprimer toute contestation après la proclamation des résultats en sa faveur. Patrick Fondio lui demande s’il renoncera au pouvoir en cas de victoire de l’opposition, le Président sortant reste plus que flou. L’expression faciale d’Ali Bongo Ondimba montre bien qu’il ne prévoit guère cette éventualité. Le scénario ivoirien est donc en marche à Libreville. Le peuple gabonais se laissera-t-il gagner par la peur pour le bonheur de la « dynastie Bongo » ?wait and see ! En tout cas, Le Chef de l’Etat qui fuit le face à face avec Jean Ping, pousse le ridicule jusqu’à dire qu’il est le garant du changement. 
De quel changement parle-t-il ? Lui, pur produit du système qu’il a choisi de pérenniser, en témoigne son bilan désastreux après son septennat.
Par exemple au plan sécuritaire, Ali Bongo Ondimba a changé cinq fois de Chef d’Etat-Major de l’Armée. Preuve qu’il y a de sérieux problèmes de sécurité. Quand on a été soi-même Ministre de la Défense, l’on ne peut pas dire qu’on ne connaît pas ses hommes. Soit Ali Bongo Ondimba navigue à vue, soit il est conscient que l’Armée gabonaise se désolidarise de lui. Une peur bleue et un manque de sérénité qui font qu’il a peur de tout le monde et même de son ombre.
En 2009, Ali Bongo Ondimba avait un projet pour le Gabon. Il a donc été soutenu par ceux qui s’opposent à lui aujourd’hui. A l’analyse, le candidat-Président a fabriqué ses propres opposants en ne réalisant que 20 à 25% de ses promesses. Et comme le peuple n’est pas dupe, il va sanctionner Ali Bongo Ondimba au soir du 27 Août 2016.Donc qu’il s’en prenne à lui-même.
Sur RFI avec Alain Foka, l’ex-chargé d’étude du Ministre de l’Economie et des Finances devenu Expert consultant à la Banque Mondiale, Gaspard Ayi Ntoutoum son propre Ministre de l’Economie et des Finances était incapable de défendre. L’Expert rappelait par exemple que depuis cinq ans, la cour des comptes ne certifie pas les comptes du régime de Libreville en raison de la mauvaise gestion.
Ainsi, au plan des infrastructures, sur cinq mille (5.000) logements sociaux par an promis (soit 35.000 logements en sept ans), Ali Bongo Ondimba n’a réalisé que 800 logements. Des logements inhabités parce que sans eau. Il en a distribué (300) à ses suiveurs jusqu’à ce que, des militaires envahissent les 500 restants il y a près de deux mois.
Combien de kilomètre de routes bitumées ? Même pas trois cent kilomètres. Sur ce chapitre, le Ministre de l’Economie du Gabon déclare sur les antennes de RFI qu’il devrait consulter son ordinateur parce que ne détenant pas les données.
Ce que déclare Ali Bongo Ondimba aux gabonais et au monde entier est-il cohérent ? Visiblement si le fils du père avait répondu aux attentes des milliers de gabonais en proie à la pauvreté, Ali Bongo n’aurait eu aucun opposant. Pas même Jean Ping ! Bongo aurait eu sans doute face à lui, quelques opportunistes. Finalement, Ali Bongo Ondimba aura fabriqué ses propres opposants parce qu’il y a trois ans, il n’en existait pas ! Face à l’échec, il doit partir dans l’honneur et la dignité.
Marie –Ravor Freeman
Agence de Presse Régionale