Kemi Seba à Ali Bongo : « Quand on est sûr et certain d’avoir gagné une élection controversée, on n’a pas peur de recompter les voix… »

Kemi-2
l'élection présidentielle gabonaise du week-end dernier a connu un vainqueur (contesté), il s’appelle Ali Bongo. Le président sortant a été réélu avec 49,85% des voix contre 49,16% de voix pour son challenger
Jean Ping qui conteste ces résultats. Depuis quelques jours, le pays est dans le chaos. Le camp de Ping qui ne reconnait pas la victoire d’ABO réclame un nouveau décompte dans la province natale d’Ali, le Haut-Ogooué, où le taux de participation a atteint 99,98%, contre moins de 60% dans l’ensemble du pays.
l’afrocentriste et fondateur de la Tribu Ka Kemi Seba envoie ce message à Ali Bongo via sa page facebook en guise de conseil et de mise en garde.
Kemi Seba: « Quand on est sûr et certain d’avoir gagné une élection controversée, on n’a pas peur de recompter les voix, on n’installe pas l’armée dans la rue, on ne tire pas sur ses concitoyens. On recompte les bulletins dans chaque bureau de vote. Calmement, patiemment. Dire cela ne signifie pas que les panafricanistes que nous sommes croyons plus aveuglement en Jean Ping (qui est fortement soutenu par les français) qu’en vous (vous êtes du même sérail, vous avez été récemment abandonné par vos anciens parrains de la Françafrique mais rien ne dit que vous ne reviendrez pas à la niche…). Tout cela signifie que peu importe ce que les observateurs pensent ou savent, ce qui compte, c’est le choix du peuple. On ne vole pas, le bien du peuple (le vote). Ou alors, on ne parle pas de démocratie, mais de fusils-cratie ou de Sassou-cratie (le maître en matière de braquage électoral à l’aide d’une armée répressive dans les rues). Et si vous lancez ce message au peuple, ne soyez pas surpris que vos concitoyens délaissent les élections et s’inscrivent, un peu partout, dans des stands de tirs. »
Lire aussi: Portrait : Kémi Seba
Lire aussi: Kemi Seba tacle Ali Bongo
culturebene.com