L’Agro-industriel camerounais CDC s’inquiète de «la situation critique» de son cash-flow

L’Agro-industriel camerounais CDC s’inquiète de «la situation critique» de son cash-flow
La trésorerie de la Cameroon Development Corporation (CDC), 2ème employeur du pays après l’Etat, n’est pas des plus reluisantes. C’est du moins le constat que viennent de faire les administrateurs de cette entreprise
agro-industrielle publique, qui se sont réunis en conseil les 9 et 10 août 2016 à Limbé, dans la région du Sud-Ouest du pays.
En effet, le communiqué officiel rendu public au sortir de ce conseil d’administration révèle que la CDC fait actuellement face à une «situation critique» de son cash-flow, principalement du fait de la baisse drastique des cours de l’hévéa à l’international, et du prix de l’huile de palme sur le marché local.
Par exemple, apprend-on, alors qu’il était vendu entre 2500 et 3000 francs Cfa le kilogramme jusqu’en 2012, le prix du caoutchouc sur le marché international culmine aujourd’hui entre 700 et 800 francs Cfa seulement, soutient-on au sein du Conseil d’administration de la CDC.
Dans le même temps, renseigne le communiqué sus-mentionné, pendant que le coût de production du litre de l’huile de palme est de 602 francs Cfa à la CDC, cette unité agro-industrielle est obligée de céder la même quantité du produit sur le marché local à 450 francs Cfa le litre, prix homologué par les pouvoirs publics «depuis 2008».
Au cours de ces dernières années, ces deux situations combinées, soulignent les administrateurs de la CDC, ont fait subir des «pertes très lourdes» à cette entreprise agro-industrielle publique, qui emploie environ 22 000 personnes dans ses plantations situées dans la région du Sud-Ouest.
Face à cette baisse soutenue des cours mondiaux et autres prix intérieurs des principaux produits de la CDC, l’Etat du Cameroun, actionnaire unique de l’entreprise, a récemment revu le statut de cette société, dont l’objet social a été étendu à l’occasion.
En effet, alors que son activité était jusqu’ici limitée à l’agro-industrie, la CDC peut non seulement se consacrer désormais à des activités agropastorales, mais aussi prendre des participations au sein d’autres entreprises actives dans les secteurs relevant de son objet social, ou encore créer des filiales pour développer d’autres activités.
Tels sont les chantiers sur lesquels est attendu Benjamin Itoe, le nouveau PCA de la CDC, dont la nomination à ce poste a été entérinée au cours du dernier Conseil d’administration extraordinaire de cette entreprise.
Brice R. Mbodiam
Investir au Cameroun