Les Etats-Unis lèvent l’obstacle qui bloquait le rapatriement de 550 millions $ détournés par Abacha

Les Etats-Unis lèvent l’obstacle  qui bloquait le rapatriement de 550 millions $ détournés par Abacha
Le tribunal américain du district de Columbia a rejeté, la semaine dernière, la plainte de l’avocat nigérian Godson Nnaka qui empêchait le rapatriement des fonds, d’un montant de 550 millions $, détournés par l’ancien dictateur
nigérian, Sani Abacha (photo). En rejetant cette action intentée par Me Nnaka qui est basé aux Etats-Unis, le juge John D. Bates lève automatiquement l’obstacle juridique qui bloquait le retour des fonds au Nigéria.
En effet, Nnaka réclamait au gouvernement nigérian le paiement d’honoraires d’une valeur de 320 millions $, pour l’avoir engagé dans l’affaire du rapatriement des 550 millions $ saisis par les américains. Le juge américain a estimé que l’avocat nigérian ne remplissait pas les conditions préalables pour être pris en compte en tant que partie dans cette affaire. « Même les conditions les plus élémentaires pour justifier un paiement d’honoraires sont absentes ici : Nnaka n’a remporté aucun jugement pour le Nigéria […]. La demande de Nnaka contre le Nigéria doit être poursuivie dans une autre affaire », peut-on lire dans le document 16CV-1400 du district.
Pour rappel, Sani Abacha a gouverné le Nigéria de 1993 jusqu’à sa mort en 1998. Son clan est soupçonné d’avoir détourné plus de 1,6 milliard $. L’année dernière, la Suisse avait restitué au pays 380 millions $ de ces fonds détournés. En 2014, le Liechtenstein avait annoncé qu’il allait restituer, au Nigéria, 167 millions d’euros détournés par le dictateur défunt.
Alain Okpeitcha  
Agence Ecofin