Quel est le mystérieux secret de ce village italien bourré de centenaires? A Acciarolo, 81 des 700 habitants du village sont centenaires. Une équipe de chercheurs américains et italiens ont publié ce lundi les résultats d'une étude

A Acciarolo, en Italie, 12% de la population a plus de 100 ans.

A Acciarolo, 81 des 700 habitants du village sont centenaires. Une équipe de chercheurs américains et italiens ont publié ce lundi les résultats d'une étude où ils expliquent d'où semble venir ce taux de longévité exceptionnel.

Le nombre de centenaires dans ce petit village italien fascine les scientifiques. Et ces derniers croient avoir percé le secret de la longévité qui règne à Acciaroli, dans le sud de l'Italie, où près de 12% de la population a plus de 100 ans.  
Selon les résultats d'une étude publiée ce lundi, et menée par des chercheurs de l'université de San Diego, en Californie, aidés par des collègues de l'université La Sapienza à Rome, la quasi absence d'un marqueur sanguin dans l'organisme des centenaires pourrait expliquer leur longévité exceptionnelle.  
Au cours de leur étude, qui a duré plusieurs mois, les scientifiques ont en effet constaté qu'un biomarqueur était étrangement peu présent dans l'organisme des habitants. Il s'agit d'un vasodilatateur appelé adrénomédulline. La quasi-absence de ce marqueur serait responsable de la propension de ces centenaires à ne jamais souffrir ou presque de pathologies cardiaques ou cognitives, comme la maladie d'Alzheimer. 

Un ensemble de facteurs

Ce marqueur sanguin est présent "de façon beaucoup plus réduite chez les sujets étudiés". Et sa présence limitée semble agir comme un puissant facteur de protection, en favorisant le développement optimal de la microcirculation", la circulation sanguine capillaire, expliquent les chercheurs. L'étude a également révélé des "métabolites, des petites molécules, présents dans leur organisme et qui pourraient influencer positivement sur la longévité et le bien-être des centenaires". 
Outre les analyses sanguines poussées menées dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont procédé à des contrôles cardiaques, neurologiques et se sont intéressé à l'alimentation, le fameux régime méditerranéen à base d'huile d'olive, de légumes et de produits frais, mais aussi à la génétique. 
Ils ont découvert que les centenaires pourraient avoir un gène qui tire des effets bénéfiques de certains produits consommés au quotidien. "Comme par exemple du romarin, qui améliore les capacités du cerveau", a ainsi expliqué l'un des chercheurs. En conclusion, la longévité des habitants d'Acciaroli semble relever d'une multitude de paramètre. 
lexpress.fr