Transport urbain: Irmaos Mota Construçao de Carroçarias SA, nouvel opérateur à Yaoundé

Transport urbain: Irmaos Mota Construçao de Carroçarias SA, nouvel opérateur à Yaoundé
La compagnie portugaise Irmaos Mona Construçao de Carroçarias SA va lancer ses activités dans la capitale camerounaise  avant la CAN féminine 2016.

Le calvaire des habitants et visiteurs de la ville de Yaoundé pour la mobilité urbaine va bientôt relever d’un triste souvenir. L’opérateur portugais Irmaos Mota Construçao de Carroçarias S.A vient d’être désigné adjudicataire  du contrat de partenariat « pour le financement, la fourniture et l’exploitation d’un système de transport urbain de masse par bus dans la ville de Yaoundé pendant la CAN féminine 2016 et au-delà ». Le communiqué du Premier ministre paru dans l’édition CT de vendredi dernier sera matérialisé  incessamment par la signature de la convention y afférente entre l’Etat du Cameroun, la Communauté urbaine de Yaoundé et la compagnie portugaise.
Ce concessionnaire pour le transport urbain de masse dans la capitale camerounaise a été retenu au terme d’un appel d’offres ayant mis en concurrence des sociétés étrangères à la réputation établie venant des pays comme le Brésil, l’Italie et l’Egypte. Irmaos Mota Construçao de Carroçarias S.A est un constructeur portugais des bus. Pour être plus précis, c’est un carrossier qui monte des bus à partir des moteurs et des châssis de marque Mercedez. Des informations puisées à bonne source le présentent comme une entreprise qui a pignon sur rue en Europe. C’est elle qui fournit, par exemple, des bus dans plusieurs pays européens voisins au Portugal et assure actuellement le transport urbain dans la ville portugaise de Lisbonne. En Afrique, l’entreprise opère dans la plupart des pays lusophones comme l’Angola et le Mozambique. Son savoir-faire, dit-on, allie « la sécurité, la fiabilité, l’efficacité et le confort ».
Dans la capitale politique camerounaise, l’opérateur portugais aura pour mission de mobiliser les financements ainsi qu’un  important parc-automobile et surtout exploiter un système de transport urbain de masse. Il s’agit de permettre aux citadins et visiteurs de la ville d’aller d’un point à l’autre dans des bus modernes et robustes, répondant aux standards internationaux en la matière. Comme on a pu le constater, l’organisation par le Cameroun CAN féminine 2016 a servi de prétexte à la réactivation d’un système de transport urbain de masse à Yaoundé.
Mais au ministère des Transports, l’on souligne que ce système qui doit être opérationnalisé avant cet important événement sportif va se pérenniser. Irmaos Mota Construçao de Carroçarias SA va desservir les lignes existantes  dont les modalités pratiques seront arrêtées d’accord-parties avec la Communauté urbaine. Elle ne viendra pas se substituer aux autres modes de transport dans la ville. Sa force de pénétration dépendra, bien entendu, des travaux de densification de la voirie urbaine de Yaoundé. Bon à savoir, dans le cadre de la CAN féminine, le nouvel opérateur mettra également en place un dispositif ponctuel pour assurer un service de transport urbain dans les villes qui vont accueillir les équipes.
Espace PME