Accident de train d'Eséka: Un Gabonais répond au Camerounais "les Camerounais ont sorti leur gros français lors de la crise Post-électorale au Gabon. Dans leur Pays. ils sont Zéro macabo. Les opposants font profil bas. Les ténors de l'opposition sont muets comme des carpes..."

Afficher l'image d'origine
Quand Ali Bongo massacrait les gabonais en Septembre dernier, les camerounais ont sorti leur gros français. Les journalistes camerounais étaient les plus nombreux a Libreville. Nous avons même eu la première
interview panafricaine du siècle avec 4 chaines de télévision internationales différentes dont les représentants étaient tous des camerounais. Les intellectuels de la soupe n'étaient pas absents. Ils ont écrit le gros français jusqu'a leur encre est fini. Même les hommes politiques étaient dedans. A gueuler au Gabon pour arbitrer la bagarre entre PING et BONGO en sacrifiant le peuple gabonais qui pleurait. Pourtant depuis 5 jours, un train a déraille en causant la mort de plusieurs camerounais. Les témoins parlent des plus de 400 morts. Jusqu'a ce soir:
- PERSONNE ne connait le nombre exact de morts. Chiffre officiel.
- Le Président BIYA n'est allé ni sur le site, ni rendre visite aux blessés dans Les hôpitaux pour voir la prise en charge qu'il a lui même annonce. Parce qu'on ne gère pas une catastrophe par décret. Ni avec Des interviews
- Personne ne dit plus rien.
EH bien, rien de nouveau, me direz vous. Alors la vraie info est que:
- Les opposants font profil bas. On ne les voit pas. Les quelques rares qui se font voir se font timides. Ils vont faire un selfie a titre personnel a ESEKA comme pour se vanter.
- Les ténors de l'opposition sont muets comme des carpes, au lieu d’exercer la pression sur le gouvernement.
Les Intellectuels de Paris, habituellement si bavards, sont plutôt muets. Les longs crayons sont casses. Aucune tribune sur LE POINT.FR ni LE MONDE, si ce n'est celle d'un nègre de maison pour défendre BOLLORE et donner la faute au pauvre conducteur du train.
- Les sportifs, et les chanteurs internationaux sont muets. Rien de rien pour la population.
- La Diaspora est a l’œuvre sur le clavier. Trés actif a travers le smartphone. Aucune initiative pour porter secours. Une diaspora éparpille. Divisée. Qui agit au gré de la TRIBU ou des intérêts égoïstes.
-Les petites chanteuses de BIkutsi au cheveux teintes, qui disent être des stars dans zéro avec leurs 200 milles vues sur Youtube, répondent qu'elles doivent continuer leur concert pour payer leur loyer. C'est a dire qu'elles doivent faire danser PAR LA FORCE NOUS QUI PLEURONS NOS MORTS juste pour les aider a payer leurs factures. ELLES vivent de l'argent des concerts et elles disent qu'elles n'ont pas faim. Elles font les grandes. CHÉRIE Si je ne paye pas pour venir te voir exposer ton popotin au lieu de la danse de la foret tu vas vivre: Minalmi. Je vais y revenir.
Voila le PEUPLE que nous sommes. Forts en Cote d'Ivoire. Forts au Gabon. ZERO macabo chez nous. Seul DIEU nous sauvera.
Auteur Jean-Claude Mbede Lastardedieu