Etats-Unis: le programme des 100 premiers jours de Donald Trump s’il est élu

media
Infatigable, Donald Trump a tenu samedi 22 octobre des rassemblements dans trois Etats différents : Pennsylvanie, Virginie et Ohio. En dépit d’un écart de six points avec Hillary Clinton, écart difficilement
rattrapable d’ici le 8 novembre, le candidat républicain n’a pas perdu tout espoir : dans la ville historique de Gettysburg, site de la plus sanglante bataille de la guerre de Sécession, il a présenté son programme pour les 100 premiers jours de sa présidence, s’il est élu.
Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet
Donald Trump s’est engagé « à assainir le marécage qu’est Washington », et reprenant la formule d’Abraham Lincoln, « à le remplacer par un nouveau gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». Le candidat républicain invite ses compatriotes à avoir de nouveau de grands rêves. Il définit son plan d’action en ces termes : « C’est un contrat entre Donald J. Trump et les électeurs américains et ça commence par ramener honnêteté et responsabilité à Washington ».
Le programme est ambitieux : limitation du nombre de mandats pour les élus du Congrès, création de 25 millions d’emplois en 10 ans, baisse des impôts de 35% pour la classe moyenne, réduction des frais universitaires, abolition de l’Obamacare, renégociation du traité NAFTA et retrait du Partenariat transpacifique, contrôles extrêmes aux frontières, construction du mur à celle avec le Mexique…
Que l’on soit d’accord ou pas avec ces propositions, le plan est sérieux et Trump l’a présenté avec sobriété. Il est dommage qu’il l’ait fait précéder de ses habituelles invectives contre les médias, Hillary Clinton, et les femmes qui l’accusent de harcèlement sexuel et qu’il va poursuivre en justice après l’élection.
Par