GABON: PANIQUE AU COEUR DU POUVOIR PDG-BONGO... la Cour Pénale Internationale (CPI) vient d'envoyer aux avocats de Bongo Ondimba Ali (BOA) un dossier sur les massacres perpétrés

Selon nos sources, la Cour Pénale Internationale (CPI) vient d'envoyer aux avocats de Bongo Ondimba Ali (BOA), pour réponse, le dossier que lui a transmis Jean PING sur les massacres perpétrés par les hommes
de la junte militaro-putchiste au pouvoir au Gabon. Les hommes de BOA ont été supris par la "qualité" des éléments regroupés par l'équipe de Jean PING et transmis à la CPI. Ce sont des dossiers confidentiels, échangés par les différents protagonistes ayant pris part aux massacres, qui démontrent que cette opération était planifiée au sommet de l'État.
Dans ce lot de correspondances parvenu sur le bureau de Jean PING, figure une lettre du chef-d'état major général des forces armées gabonaises démissionnaire, le général Bibaye Itandas. Dans cette lettre, assurent nos sources, l'homme commandait aux militaires de ne pas user de leurs armes contre les civils qui manifestaient.
BOA et les chefs militaires mis en cause sont dès lors tombés des nus. Tous se regardent depuis lors en chiens de faïence ; chacun voyant en l'autre un possible "agent infiltré" par Jean PING au sommet du pouvoir. La peur a changé de camp.

Sur la Photo : l'Activiste Jean Ndouanis et le président de l'UPG Jean de Dieu Moukagni Iwangou, en déplacement à la CPI (La Haye, Pays-Bas), pour des besoins de compléments d'informations sur le dossier actuellement en cours d'instruction.
Nous y reviendrons... 
Petit Léon Mba Minkoh