L’Etat camerounais revient sur l’option initiale de construire le port en eau profonde de Limbé à Ngeme, et non plus à Isonge

L’Etat camerounais revient sur l’option initiale de construire le port en eau profonde de Limbé à Ngeme, et non plus à Isonge
Après avoir annoncé, en août 2013, la délocalisation du projet de construction du port en eau profonde de Limbé, du site de Ngeme vers celui d’Isonge, l’Etat du Cameroun est revenu sur l’option initiale, «après examen de
plusieurs hypothèses», révèle un rapport que vient de rendre public l’Autorité portuaire nationale (APN).
A l’époque, l’alors ministre de l’Economie, Emmanuel Nganou Djoumessi, avait justifié la délocalisation de ce projet par l’étroitesse du site de Ngeme et, surtout, les dépenses liées aux indemnisations. En effet, avait-il précisé lors d’une descente sur le terrain, en plus d’être plus grand, le site d’Isonge est presque inhabité, proche du site abritant le projet de construction de la cimenterie Afko Cement, et a une profondeur de 17m, soit 2m de plus que le site de Ngeme, ce qui permet aux plus gros navires d’accoster.
Toutes ces caractéristiques du site d’Isonge, qui étaient alors présentées comme autant d’avantages pour la réalisation du projet, sont donc finalement balayés, puisque, selon les révélations de l’APN, c’est finalement à Ngeme qu’émergera le port en eau profonde de Limbé.
L’on remarque cependant que ces hésitations sur le site devant abriter le projet ont considérablement freiné le démarrage des travaux. Pour rappel, c’est le 1er novembre 2013 que le gouvernement camerounais a signé un protocole d’accord avec le consortium camerouno-coréen dénommé Limbe Port Industrial Development Corporation (LIPID), pour la construction du port en eau profonde de Limbé, dans la région du Sud-ouest du pays. Cette infrastructure, qui devrait engloutir la bagatelle de 300 milliards de francs Cfa, selon les estimations actualisées, devait être livrée en 2018.  
Face au retard accusé pendant 2 ans dans la réalisation de ce projet, et afin de rendre rapidement opérationnel le port en eau profonde de Limbé, LIPID «a proposé au gouvernement camerounais de commencer par la construction d’une jetée flottante multifonctionnelle, capable d’accueillir des navires de 20 000 tonnes, dont le coût est estimé à environ 35 millions de dollars (17,5 milliards de francs Cfa)», avait annoncé le gouvernement au sortir d’une réunion tenue le 15 janvier 2015 à Yaoundé.
Neuf mois plus tard, ce terminal flottant qui, selon le chronogramme présenté en janvier 2015 par LIPID, «pourrait être construit et livré au terme de six mois», reste attendu.
De même que les autres composantes de cette infrastructure portuaire, qui «sera spécialisé dans le transport des produits lourds tels que les hydrocarbures (la seule raffinerie du pays se trouve à Limbé), le ciment (une cimenterie sera construite dans la ville de Limbé), les conteneurs et autres produits agricoles (la CDC exploite des milliers d’hectares de banane, d’huile de palme et d’hévéa autour de Limbé)», précise le gouvernement camerounais.
Brice R. Mbodiam
Investir au Cameroun