L’étudiant qui a financé son entreprise avec sa bourse

Sous ses airs de gentil garçon, il a su s’imposer auprès de son entourage comme un véritable homme d’affaires qui ne se laisse pas abattre par les  mauvais tours de la vie. Tout en continuant ses études, il est
aujourd’hui chef d’une jeune entreprise prometteuse.  Il a accepté de partager son expérience.
  1. Veuillez vous présenter  
Mouity Mabicka Igor Sévérin, jeune entrepreneur  de 23 ans originaire de la ville de Tchibanga située au sud du Gabon.
  1. Quel est votre parcours ?
J’ai fait mes études  en province jusqu’à la classe de troisième.  J’ai un Bac en action commerciale et communication et  actuellement, je suis en Licence à l’ENSET (Ecole Normale Supérieure et d’Enseignement Technique) dans la même filière. En province comme en ville, j’ai toujours faits de petits boulots  pour payer mes études.
  1. Comment a débuté l’aventure entrepreneuriale
Mon esprit d’entrepreneuriat s’est imposé assez tôt, à l’âge de  17ans environ.  Ma motivation première a été d’alléger la charge de ma mère. En plus de cela, je m’étais promis de ne jamais être dépendant de ma bourse. J’avais regardé un reportage à la télévision nationale qui montrait des étudiants manifestant parce que leurs bourses n’avaient pas été payées à temps et ces derniers ne pouvaient plus subvenir à leurs différents besoins.
Je me suis lancé dans tout type de jobs pour y arriver. J’ai fait de la maçonnerie, de la menuiserie. J’ai porté des casiers de boissons, tapé des briques de terre. En classe de troisième, avec ma bourse de 24.000 frs et quelques économies, j’ai ouvert un restaurant qui a survécu près de deux ans.
Avec ma première bourse d’université, j ai acheté une débroussailleuse  et quelques temps plus tard une deuxième avec les autres accessoires dont j’avais besoin.
  1. Parlez-nous de  votre entreprise
DUBUNGS services est une jeune entreprise d’entretien d’espaces verts. Elle aura bientôt deux ans d’expériences. En plus  d’établir une relation de confiance et de fidélisation avec les collaborateurs et les clients, ma devise est «  le client doit toujours être satisfait ».
  1. Quels sont vos ambitions
Je prévois diversifier les offres de mon entreprises et crée le maximum d’emplois possibles mais également avoir beaucoup plus de clients fidèles.
  1. Comment réussissez-vous à concilier la vie scolaire et vos activités professionnelles ?
Je dirais que ce n’est pas du tout facile. Lorsqu’on commence à recevoir des revenus de son travail, on a tendance à négliger les études. Ce qui est un véritable piège mais cela ne dois pas représenter un obstacle pour l’un ou l’autre. Pour ne pas se retrouver débordé, je m’arrange à ne pas tout gérer tout seul au risque de tomber malade ou de devoir choisir entre mes études et mon entreprise.
Je me suis entouré de collaborateurs que je forme afin de leur inculquer les valeurs de l’entrepreneuriat et de la satisfaction du client.
  1. Quels conseils donnerais-tu aux jeunes ?
Je leur conseille de bien faire leurs études. Je leur dirai aussi de garder en tête qu’ils peuvent  créer leur propre affaire au cas où ils ne trouveraient pas d’emploi à la fin de leurs études et même pendant.  Suivant mon exemple, on peut se lancer même avec très peu de moyens. J’invite les jeunes à prôner l’autonomie financière.

ZE Hardy Shéryl