Mobilisation Exceptionnelle des Gabonais en France. Du jamais vue!: Jean Ping : « Nous avons stoppé la caravane, nous devons la renverser et récupérer notre victoire » (les Images en Exclusivité)


C’est en substance l’un des messages qu’il faut retenir du discours du Trocadero tenu ce samedi 29 octobre 
2016 par Jean Ping à l’endroit des milliers de gabonaise de la diaspora venus l’écouter.
Depuis la présidentielle d’août dernier pour laquelle Jean Ping se considère toujours comme le président élu, c’est la première fois qu’il foule le sol français.  «  Je  ne  suis  en  France  que  pour  quelques  jours,  mais  je  ne  pouvais  ne  pas  venir  vous  saluer» a-t-il précisé à l’endroit de la diaspora gabonaise  qui depuis  9  semaines manifeste à paris  pour « le  respect  de  votre  droit  à  choisir  vos  dirigeants » précise-t-il.


Revenant sur le scrutin du 27  août  dernier,  Jean Ping a d’abord rappelé qu’il a été élu  la  tête  de  la  République  Gabonaise tout en regrettant que « le gouvernement  dictatorial  en  place»,  tente  de  lui ravir sa victoire  à  travers  ce qu’il appelle «  un  coup  d’état  militaro-électoral».  Il a dit avoir entendu que  «2016  ne  sera  pas  2009», que «les  panthères  ont  remplacé  les  chiens» et que « la  situation  chaotique  dans  laquelle  se  trouve  notre  pays,  à  cause  de  la  mal  gouvernance  dont  il  est  objet  depuis  si  longtemps» est insupportable. 
 
Pour Jean Ping, le  combat  n’est  pas  encore  terminé «Nous  avons  stoppé  la  caravane, maintenant,  nous  devons  la  renverser  et  récupérer  notre  victoire» a-t-il précisé. Rappelant la nécessité de rester mobilisé encore  quelques  temps, il s’est félicité de ce que le monde  a  été  surpris  par  la  résistance  dont fait montre les gabonais vivant  hors  du  pays. «On  a  vu  des  gabonaises  et  des  gabonais  organiser  des  manifestations  dans  tous  les  pays  du  monde,  même  là  où,  on  ne  pensait  pas  les  trouver.  Gabonaises,  Gabonais,  vous  êtes  devenus  un  modèle  de  résistance  et  un  espoir  pour  les  autres  peuples  qui  comme  vous,  aspirent  à  une  réelle  démocratie  dans  leur  pays» a-t-il affirmé.    
Sur l’appel au dialogue proposé par Ali Bongo Ondimba, Jean Ping y oppose une fin de non recevoir « Je  vous  l’affirme  encore  aujourd’hui,  nous  ne  dialoguerons  pas  avec  des  assassins.  Ils  ont  perdu  l’élection,  ils  doivent  partir,  et  c’est  tout.» a-t-il affirmé.
«Ne  lâchez  rien,  nous  sommes  entrain  d’écrire  une  nouvelle  page  de  l’histoire  de  notre  pays» a-t-il lancé à l’endroit de la diaspora avant de conclure  sur le fait que cette histoire  était celle « durant  laquelle  tout  notre  peuple  sera  mis  à  l’abri  du  besoin  et  de  la  peur.» 
gabonmediatime.com 




















 Crédit photo: Thibaut Adjatys