Sida : un nouvel d'espoir- un malade britannique montre des signes de guérison

Les thérapies actuelles permettent de rendre indétectable le virus mais ne sont pas en mesure de supprimer les cellules "dormantes". Or, un nouvel essai clinique serait bien parti pour résoudre cet obstacle jusqu'ici infranchissable.

Si les résultats actuels étaient pérennes, il pourrait s'agir du premier traitement à guérir le virus du sida (VIH). Un homme d'origine britannique atteint du virus a été pris en charge par une équipe de scientifiques travaillant dans cinq universités prestigieuses, rapporte The Times. Or, le traitement médicamenteux qu'il a reçu a permis de rendre le virus indétectable dans son sang.
Âgé de 44 ans, ce travailleur social vivant à Londres a pris part à un essai clinique composé de 50 personnes séropositives. Résultat: le traitement a rendu le virus totalement indétectable dans son sang - ce qui n'est pas en soi une prouesse. Les trithérapies antirétrovirales sont déjà en mesure de rendre le virus indétectable. La nouveauté, c'est qu'il pourrait traiter les cellules infectées par le virus à l'état "dormant", ce qui n'a jamais été possible jusqu'ici.
Ces cellules sont de véritables réservoirs à virus et empêchent les personnes contaminées de guérir complètement, car elles s'activent dès lors que le traitement s'interrompt. C'est la raison pour laquelle les traitements actuellement sur le marché (Truvada) doivent être pris à vie.
"C'est l'une des tentatives les plus probantes d'un traitement total contre le VIH", s'est réjoui Mark Samuels, directeur général du département de recherches cliniques à l'Institut national pour la recherche de santé. "Nous sommes en train d'explorer une réelle possibilité de guérir le virus. C'est un énorme challenge et même si nous n'en sommes qu'au tout début, c'est un progrès remarquable."

Un seul cas de guérison recensé dans l'histoire
de la recherche

Concrètement, le traitement consisterait d'abord à tuer les cellules infectées - étape franchie donc -, puis d'activer les cellules dormantes afin qu'elles soient détruites par le système immunitaire. Pour autant, même si les premiers signes sont très encourageants, le chemin est encore très long avant d'envisager une guérison intégrale d'une personne séropositive au VIH. L'histoire de la recherche contre le sida a été jalonnée d'essais cliniques débouchant sur des faux espoirs. Il faudrait de nombreuses années avant de constater une éradication complète et définitive du virus.
A l'heure actuelle, un seul porteur du virus a été formellement considéré comme étant guéri, en 2007. Il s'agit de l'Américain Timothy Brown, infecté en 1995 et diagnostiqué d'une leucémie en 2006. Un médecin allemand, le docteur Hütter, a eu l'idée de lui injecter des cellules immunitaires mutantes résistantes au VIH, une prédisposition naturelle dont seule 0,3% de la population mondiale est dotée.
Le "patient de Berlin" a non seulement vaincu sa leucémie mais a vu sa charge virale devenir indétectable, son taux d'anticorps ayant atteint un niveau pouvant être qualifié de nul. Si la technique utilisée est difficilement applicable à l'ensemble de la population infectée, cette guérison historique a ouvert des perspectives inespérées en matière de lutte contre le sida.