Bilan de Obama pour l'Afrique:Barack Obama a bien servi l'Afrique

Barack Obama a bien servi l'Afrique

Le meilleur service que le premier président noir des Etats-Unis pouvait rendre à l'Afrique était de bien servir son
peuple.

Anthony Lattier : Le monde connaîtra, dans la nuit du 8 au 9 novembre 2016, le nom du successeur de Barack Obama à la Maison-Blanche. En novembre 2008, l’Afrique était très enthousiaste à l’avènement du premier président noir des Etats-Unis. Huit ans plus tard, peut-on dire qu’il a aidé le continent africain ?
Jean-Baptiste Placca : Certains Africains plaçaient, en effet, en Barack Obama des espoirs immenses. On entend, aujourd’hui, quelques réflexions, suggérant qu’il a déçu, parce qu’il n’aurait pas apporté à l’Afrique du développement – par l’aide –, et de la démocratie – par son influence. La seule question sérieuse que l’Afrique doit se poser devrait être de savoir si Obama a réussi à bien gouverner son pays, les Etats-Unis. Si la réponse est oui, alors, il aura tellement aidé l’Afrique !
Et la réponse est oui ! On pourrait décliner toutes les réformes marquantes opérées par ce président, sur le plan politique, sur les grands sujets de société, sur les droits, la protection des citoyens, notamment par rapport aux banques, à la bourse… Et, indicateur universel de bien-être de l’économie, le taux de chômage, le mois dernier, est tombé à 4%. Il tournait autour de 10%, au moment où Obama entrait en fonction, en janvier 2009.
Vous ne pourrez empêcher de nombreux Africains de déplorer qu’il n’a rien fait, concrètement pour l’Afrique…
Pour l’Afrique ? Sérieusement ? Ce que Obama avait de mieux à faire pour l’Afrique était de ne pas échouer. Et il termine son second mandat plus rayonnant que jamais, et pas que dans les sondages ! Ceux qui se plaignent de ce que Obama n’a pas accordé une multitude de facilités à l’Afrique ont doublement tort. D’abord, parce que cette mentalité qui consiste à attendre de ce président des faveurs spéciales, sous prétexte qu’il est noir ou que son père venait d’Afrique est exactement ce que la plupart des Africains reprochent à leurs propres dirigeants : ce népotisme qui consiste à « dévier » vers sa famille ou vers son clan l’essentiel de la richesse nationale. Le président immensément riche ! Les enfants du président de plus en plus riches, et qui n’ont même pas la décence de le cacher !...
Obama aurait desservi l’Afrique, s’il avait gouverné les Etats-Unis avec une telle mentalité. L’honneur de l’Afrique (et des Noirs américains) réside dans ce que Obama achève ses deux mandats sans aucun scandale, et ce n’est pas faute, pour ses détracteurs, d’avoir cherché. Pour ce qui est de l’argent, les choses sont si bien faites, dans la démocratie américaine, que le président des Etats-Unis n’est presque jamais en contact avec le moindre dollar d’argent public.
Que faut-il comprendre, lorsque vous dites que ce n’est pas faute, pour ses détracteurs, d’avoir cherché ?
Dès le premier jour de sa présidence, certains républicains se sont juré de le faire échouer. Vous aurez remarqué que l’homme que les républicains ont choisi parmi tant d’autres candidats pour porter le flambeau de leur parti à cette présidentielle est celui qui aura passé le plus clair des huit dernières années à vouloir démontrer que Obama n’est pas né sur le sol américain. Qu’il aurait donc frauduleusement conquis la magistrature suprême.
Il n’empêche que ce pourfendeur, devenu le candidat Donald Trump, a choisi comme slogan : « Let America be great again »…
Oui, parce qu’il est réellement persuadé que la présidence d’Obama a diminué, sinon rabaissé les Etats-Unis. Tout aussi grave, tout aussi pitoyable est la démarche de ces leaders républicains qui, le soir même de l’investiture d’Obama, se sont réunis dans un célèbre restaurant de grillades de Washington, pour décider de comment ils allaient faire échouer le nouveau président. C’est à la limite de la haute trahison. Car miser sur l’échec du président, c’est miser sur l’échec de la patrie, ce qui ne se fait pas dans ce pays. Surtout dans le contexte de l’époque, marqué par la crise des prêts hypothécaires à risques, les subprimes. Une crise économique comme l’Amérique n’en avait pas connu depuis le « Jeudi noir », la crise boursière de 1929, et la Grande Dépression qui en a découlé. Les Américains perdaient leurs maisons, les banques s’écroulaient comme des châteaux de cartes, et l’industrie automobile tanguait dangereusement.
Ils étaient tellement amers, non pas tant à cause de l’échec de John McCain, un perdant plutôt élégant, qui n’était d’ailleurs pas de cette conspiration. Oui, par pure mesquinerie, ils ont décidé de déployer toute la mauvaise volonté du monde, pour empêcher Obama de réussir.
Et, l’Amérique n’a jamais cessé d’être grande, en tout cas pas sous la présidence Obama, bien au contraire, comme l’ont fait remarquer plus d’un à Donald Trump, dont le slogan, ici, sonne vraiment creux.