Cameroun: Tribune de martin camus Mimb sur les événements et revendications légitimes de nos frères anglophones... Bamenda...Buea... Ma parole!

Afficher l'image d'origine 
Tribune de martin camus Mimb sur les événements et revendications légitimes de nos frères anglophones...
Bamenda...Buea... Ma parole!

Depuis des jours , je suis meurtris. Depuis des jours , je me pose des questions. Et quand je jette un coup d'oeil à la Tv, sur les réseaux sociaux ou dans la presse écrite, j'ecrase une larme supplémentaire. Pourquoi donc?
1- On doit respecter la liberté de revendication de chaque individu. On ne peut être en colère que parcequ'il y a une cause de la colère. Et chacun manifeste sa colère à sa façon. Il y en a qui pleurent...d'autres qui rient...d'autres aussi qui crient.
2- J'écoute et regarde des pseudo panafricanistes , souvent très en verve sur la défense de l'unité et des valeurs africaines , développer des thèses de combat uniquement sur des thématiques coloniales "anglophone " , "francophone "...sans le savoir, ils célèbrent les vestiges de la colonisation
3- Il n'y a pas au Cameroun un problème ANGLOPHONE, mais un problème du CAMEROUN OCCIDENTAL, issu des accords de Foumban et autres qui datent de 1961
4- La richesse culturelle ne peut devenir un problème que si les héritiers ont décidé de la piller...
5- Les problèmes des avocats, des étudiants qui sont le levain de cette série de revendications à mon sens légitimes, sont les mêmes déclinés sous d'autres formes dans les mêmes corps partout au Cameroun...instituteurs vacataires en attente de recrutement, Notes Sexuellement Transmissibles instaurées dans toutes les universités, la coupe des injustices est pleine.
6- Les forces politiques peuvent se réjouir de ce coup de main insurrectionnel, mais tant qu'elles ne prennent pas la pleine mesure des problèmes des camerounais , en les posant pas uniquement en période d'élections pour obtenir les mandats inutiles , mais en mettant en place des réflexions par foyer de priorité, pour converger vers l'idéal commun , elles seront toujours les valets ou récupérateurs des frustrations enfouies au lieu d'en être les acteurs.
7- Revendiquer ne signifie pas ne pas aimer le Pouvoir de Yaoundé. Combien d'enfants bravent les interdits de leurs parents, parfois pour arracher la liberté de décider par soi-même, pour demander plus d'attention, pour passer un message...et pourtant fondamentalement attachés à leur famille ? Vouloir les brutaliser, les tuer , c'est avouer que le dialogue familial est rompu avec toutes les conséquences
8- Au même titre que les assauts répétés de Boko Haram dans le grand nord qui deciment les populations pendant qu'on se la coule douce au Sud Cameroun, estimant que "l'enfer c'est les autres"...la colère dans l'autre partie du Cameroun, n'est pas une affaire "ANGLOPHONE "...Le feu commence toujours loin , pour pouvoir brûler en entier un champ.
9- Personne ne doit chercher à diluer des revendications légitimes par des récupérations périphériques qui brouillent le message initial. Le nombre de revendications ne fait pas du Cameroun une destination plus dangereuse qu'une autre. Il ne se passe pas un jour sans un mouvement social dans les pays plus développés. A la seule différence que quand le problème est posé, on amorce des solutions. RÉFLÉCHISSONS ENSEMBLE SUR LES SOLUTIONS. Parce-que le FEU , ne sait pas distinguer la Maison de Biya de celle de Mimb.
10- Paul Valery disait : " Qu'il est des situations où pour l'honneur du genre humain, l'insurrection est un devoir sacré "...évitons ces situations.
Martin Camus MIMB (Citoyen )