Cameroun:Ce que nous apprennent les compatriotes d'expression anglaise : EN TYRANNIE, ON NE DÉCLARE PAS UNE MANIFESTATION PUBLIQUE DE NATURE REVENDICATRICE AUPRÈS DES POUVOIRS PUBLICS, ON INVESTIT LA RUE ET ON MANIFESTE ....

Ce que nous apprennent les compatriotes d'expression anglaise : EN TYRANNIE, ON NE DÉCLARE PAS UNE MANIFESTATION PUBLIQUE DE NATURE REVENDICATRICE AUPRÈS DES
POUVOIRS PUBLICS, ON INVESTIT LA RUE ET ON MANIFESTE ....
...............................................................................................
...............................................................................................
Le régime déclaratif des manifestations publiques au Cameroun obtenu de hautes luttes par les démocrates après les années de braise, fait l'objet depuis des années, d'une altération tellement permissive qu'aujourd'hui, toute manifestation politique contre le pouvoir en place est systématiquement interdite.Qu'est ce que ce régime autocrate ne nous a pas encore donné à voir?
..............................................................................................
Les autorités administratives zélées chargées selon les textes, les impétrants aient procédé une déclaration formelle, de produire des récépissés de déclaration de manifestation publique et de prendre toutes les mesures sécuritaires pour garantir leur bon déroulement. Une déclaration de manifestation qui, à l'observation, a été dénaturée par l'autorité administrative, en une demande d'autorisation.
...............................................................................................
Cela au grand damne des forces vives de la société politique et civile, qui chaque fois que, leurs manifestations sont de nature à revendiquer des meilleures conditions de vie pour les populations, à dénoncer, critiquer, à véhiculer les préoccupations d'une frange de la population camerounaise à l'intention du régime, sont littéralement interdites parce que, disent-elles sont de nature à ''trouble à l'ordre publique''.
...............................................................................................
En deux actes, l'une, le 11 octobre, par les avocats d'expression anglaise, et l'autre, le 21 novembre, les enseignants d'expression anglaise, faisaient voler en éclats ces interdictions consécutions. Faisant-fi, de l'obligation de déclaration de manifestation classique pour des raisons évidentes sus-mentionnées, les compatriotes d'expression anglaise ont trouvé une parade à la fois légale et tactique.
...............................................................................................
Légale, parce que fondé sur le Droit, pas celui issue de la loi N°90-55 du 19 décembre 1990 portant sur le régime des réunions et manifestations au Cameroun mais plutôt, sur les conventions internationales ratifiées par le Cameroun, inscrites dans la Constitution Camerounaise, qui font du droit de manifester, un droit inaliénable. Donc l'interdiction est caduque.
...............................................................................................
Tactique, parce qu'à l'observation, les compatriotes d'expression anglaise ont renversé le paradigme défensif de nos politiques de l'opposition, qui à chaque fois, sachant le mode opératoire du régime, subissent l'oppression sans avoir prévus, aucune réponse appropriée. Alors que, nos compatriotes d'expression anglaise nous ont offert, une démonstration offensive à travers des assauts exemplaires pour contraindre les pouvoirs publiques à répondre rapidement à leurs revendications.
..............................................................................................
..............................................................................................
Rendre une population solidaire de manière presque spontanée à des revendications d'abord corporatistes, puis populaires comme ce que nous avons pu vivre le 21 novembre, n'est pas une gageure, et certainement pas une improvisation. Mais il aurait fallu qu'un brave et courageux citoyen, prenne sur lui, de vaincre la peur et occuper la position historique du leader révolutionnaire (Voir Photo) pour proclamer le manifeste public de l'insurrection. Une attitude d'apparence simpliste mais qui aura été l’élément déclencheur de ce mouvement. Une gifle aux mouvements progressistes qui, demeure, en attente de ce type de leader.