CAMEROUN:GREVES DE BAMENDA-COMMUNIQUE DE PRESSE DU PRESIDENT DU MRC

GREVES DE BAMENDA
COMMUNIQUE DE PRESSE DU PRESIDENT DU MRC
Mes chers compatriotes
C'est avec beaucoup de peine que je m’adresse à vous en ce 23 novembre 2016, au moment où la ville de Bamenda, Chef-Lieu de la Région du Nord-Ouest connait d’importantes manifestations des citoyens et de la société civile qui se voulaient pacifiques, avec, hélas! une nouvelle fois, des victimes à déplorer. Ces manifestations sont la conséquence de multiples frustrations et d’un sentiment de mépris ressentis par nos compatriotes d’expression anglaise.
Commencées par le mouvement des Avocats de cette Région, elles sont aujourd’hui suivies par l’ensemble de la population dont les « Bayam-sellam » et les syndicats des enseignants, pour ne citer que ceux-là, et se traduisent aussi par une grève générale lancée depuis le lundi 21 novembre 2016. Tout cela est l’expression d’un mal être profond qu’on ne saurait banaliser, alors que l’on a célébré, il n’y a pas si longtemps, le 50e anniversaire de la Réunification du pays dans des conditions critiquables et critiquées, et pas seulement par les populations Anglophones.
Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) reconnait le droit à la manifestation pacifique de nos concitoyens, et n’a cessé depuis son lancement en 2012, d’appeler au dialogue national. Au demeurant, dans mon intervention au meeting de notre parti organisé à Bamenda le 25 juin dernier, comme à l’occasion d’autres interventions publiques avant, j’ai indiqué qu’il y a un problème Anglophone au Cameroun qu’il faut résoudre politiquement et pacifiquement. Je réitère que le MRC au pouvoir organiserait un dialogue direct et franc pour résoudre définitivement ce problème entre compatriotes, frères et sœurs, dans le respect de notre double héritage Anglophone et Francophone et l’unité de notre pays.
Comme à son habitude, face aux cris de détresse de nos compatriotes, le gouvernement oppose aux revendications légitimes indifférence et mépris, et n’a pour seule réponse que la violence d’Etat.
Le MRC condamne toute forme de violence, d’où qu’elle vienne, et en appelle au sens des Responsabilités de ceux qui sont en charge de la conduite des affaires du pays aujourd’hui. La résolution du problème Anglophone, la paix sociale dans les deux Régions directement concernées, comme dans le reste du pays, ne seront pas obtenues par la répression ou par la supercherie d’un séminaire intergouvernemental dont l’objectif visible est d’acheter les consciences pour permettre le bon déroulement d’une compétition internationale dans notre pays.
Le MRC se tient aux cotés de nos compatriotes Anglophones et de tous les autres Camerounais qui souffrent en silence, et rappelle sa ferme conviction et son attachement au dialogue comme mode de résolution des nombreux problèmes que connait notre pays. Il adresse ses condoléances aux familles des victimes des violences des forces de sécurité qui accroissent les souffrances de nos populations et ternissent gravement l’image de notre pays, au moment où il reçoit de nombreuses délégations étrangères pour une compétition qui met l’accent sur la paix et la concorde dans le sport.
Le Président National du MRC
Pr Maurice KAMTO