Comment le corps réagit concrètement face au deuil


 Comment le corps réagit concrètement face au deuil (photo d'illustration)

Voici ce qui se passe, à la fois mentalement et physiquement, quand on perd un être cher.

1. Le cœur
Les risques de crise cardiaque augmentent, grâce au trio gagnant: élévation du rythme cardiaque, de la tension artérielle, et hypercoagulation. D'après une petite étude parue dans la revue Circulation, le risque est multiplié par 21 dans les 24 heures qui suivent la mort d'une personne chère, et reste plus élevé que la normale jusqu'à une semaine après le drame. Une autre étude, publiée dans le Journal of the American Medical Association Internal Medicine, met aussi en garde contre les accidents vasculaires cérébraux et les caillots sanguins qui peuvent migrer jusqu'aux poumons.
Le "syndrome du cœur brisé", dont vous avez peut-être entendu parler, est bien réel. Il est heureusement peu fréquent et rarement fatal. Cette cardiomyopathie, également connue sous le nom de syndrome de tako-tsubo, se traduit par un soudain affaiblissement du ventricule gauche, le principal responsable du pompage. Elle est plus répandue chez les femmes. Etonnamment, de nouvelles études indiquent qu'elle peut aussi survenir après un événement extrêmement heureux.
2. Les glandes surrénales
Attendez-vous à être victime d'insomnies et de troubles de la digestion pendant environ six mois. En effet, les glandes surrénales sécrètent plus de cortisol, l'hormone du stress bien connue pour perturber sommeil et digestion.
3. Le système immunitaire
Votre vaccin contre la grippe pourrait bien s'avérer moins efficace. Après un vaccin, le corps est censé produire des anticorps, mais des chercheurs ont constaté, à l'occasion d'une étude parue dans Brain, Behavior and Immunity, que les personnes âgées qui avaient perdu quelqu'un dans les 12 derniers mois présentaient une réaction moins forte. De manière générale, le vaccin contre la grippe est moins efficace chez les plus de 65 ans, mais la différence était encore plus marquée après une période de deuil.
4. Le cerveau
Après la perte d'un être cher, le chagrin ne s'apaise pas avec le temps dans 7 à 10% des cas. S'il continue à affecter votre quotidien pendant au moins 12 mois, on parle alors de trouble du deuil complexe persistant. Celui-ci ferait baisser les résultats des tests cognitifs tels que les associations de mots, et réduirait la taille du cerveau, d'après une étude publiée dans Psychological Medicine. Logique, quand on sait que le stress chronique, y compris de type affectif, est associé à une diminution de la matière grise dans certaines zones critiques du cerveau.
Ce n'est pas un scoop: quand on est en deuil, on n'est capable de penser qu'à la personne disparue. Ce problème de concentration pourrait provoquer des trous de mémoire. Comparés à ceux qui n'étaient pas en deuil, les sujets ayant perdu leur conjoint six mois auparavant avaient plus de mal à se rappeler les détails d'une histoire, juste après l'avoir entendue ou après un intervalle.
5. L'ensemble du corps
Le stress face à des situations ordinaires semble se prolonger plus longtemps. En effet, une étude parue dans le Journal of Affective Disorders suggère que, dans les cas de deuil avec complication, l'organe de réponse au stress le plus lent –le système nerveux sympathique– prend le dessus. En principe, c'est le système parasympathique qui s'en charge, et qui ramène rapidement le corps à la normale.
Les personnes en deuil sont davantage sujettes aux inflammations, ce qui pourrait expliquer l'augmentation des risques de décès, toutes causes confondues. L'inflammation chronique est en effet soupçonnée de jouer un rôle dans les cancers, les maladies cardiaques et le diabète.
Cet article, publié à l'origine sur le Huffington Post américain, a été traduit par Charlotte Marti pour Fast for Word.