Etats-Unis: quelles relations avec la presse pour le président Trump?

media
Le président élu des Etats-Unis, Donald Trump, a eu des relations exécrables avec les médias tout au long de sa campagne. Ces derniers ont pourtant beaucoup contribué à son succès. Va-t-il, maintenant que la
Maison Blanche est pour lui, améliorer ses rapports avec eux ?
Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet
Ce ne sera jamais le grand amour, mais Donald Trump pourrait adoucir son langage une fois dans le Bureau ovale, et cesser de traiter les médias de « pourris ». En attendant, le futur président américain n’est pas encore prêt à renoncer à ses tweets vengeurs et à pardonner aux médias la façon dont ils l’ont traité pendant la campagne.
Lundi 21 novembre, il a reçu un groupe de cadres et de présentateurs des principales chaînes de télévision pour leur passer un savon. Il s’en est particulièrement pris à CNN et à NBC, qu’il a accusées d’être biaisées et d’avoir manqué de professionnalisme. Le lendemain, il a accordé une interview au New York Times, à qui il a aussi reproché de l’avoir maltraité.
Il a cependant reconnu qu’il lisait régulièrement ce quotidien, et dans ses échanges avec les éditorialistes, il s’est montré plus modéré que pendant la campagne. Est-ce le signe d’une normalisation de ses relations avec la presse ? Il est trop tôt pour le dire. Les journalistes s’attendent à ce que le président les tienne à distance et se serve des médias sociaux pour communiquer avec le public. C’est un peu ce qu’avait fait Obama. Et d'ailleurs Donald Trump a annoncé les premières mesures de sa présidence par vidéo.
Mais ce que les journalistes craignent le plus, ce sont des lois plus restrictives sur la liberté de la presse. Aux Etats-Unis, il y a déjà un vaste mouvement de mobilisation dans la profession pour combattre de telles restrictions, auxquelles Donald Trump avait fait allusion au cours de sa campagne.
Par