Guinée-Equatoriale : la grande désillusion des migrants

Les milliers de migrants d'Afrique de l'Ouest qui ont été attirés par le boom pétrolier de la Guinée équatoriale sont désormaus en difficulté. Plusieurs d'entre eux envisagent d'aller chercher mieux ailleurs pour échapper à
la crise économique qui frappe le pays de Teodoro Obiang Nguema. Ce petit Etat de l'Afrique centrale riche en pétrole connait depuis des mois des difficultés financières liées à la baisse drastique du prix de l'or noir à l'international.
La Guinée équatoriale est à genoux sur le plan économique avec la chute des cours mondiaux du pétrole. Le pays autrefois prospère connait en effet des difficultés financières certaines. Une situation qui a amené les dirigeants à décider de l'expulsion de nombreux migrants venus principalement de l'Afrique de l'Ouest. La crise au pays d'Obiang Nguema perdure depuis 2014, année où l'effondrement des cours du brut, a débuté. Ce qui a conduit à la dégradation des conditions de vie des migrants Ouest-africains dans ce petit pays situé au fond du Golfe de Guinée. En Guinée équatoriale, bon nombre de migrants évoluent dans les petits métiers tels que la maçonnerie, les épiceries, etc. et suite à cette grande désillusion, certains migrants ont décidé eux-mêmes de rentrer chez eux.  En dehors des ressortissants de l'Afrique de l'Ouest, la Guinée équatoriale compte aussi des communautés venues d'Afrique centrale notamment du Cameroun, du Tchad, de la Centrafrique...

Le pays se restructure ... les migrants ne savent plus à quel saint se vouer

Selon les prévisions du gouvernement équato-guinéen, la crise économique actuelle a conduit plusieurs entreprises à fermer leurs portes faisant monter ainsi le taux de chômage, qui frôlerait la barre des 40 %. La situation sera davantage compliquée en 2017 où il est prévu que le pays perde 27 % de ses recettes pétrolières. Le gouvernement envisage de diversifier l'économie du pays qui dépend à 90% des recettes des hydrocarbures. Et cela n'est pas fait pour aider les migrants qui envisagent déjà un départ de ce pays. Certains migrants regardent de plus en plus vers la Méditerranée et comptent tenter l'aventure européenne. Mais d'autres encore gardent le courage et n'entendent pas baisser les bras. Selon plusieurs observateurs, si les migrants quittent massivement la Guinée équatoriale, le pays connaîtra une situation compliquée au vu fait que les Equato-guinéens ne s'intéressent pas aux petits métiers, qui sont l'affaire des migrants venus chercher une vie meilleure.
afrique.latribune.fr