USA: nouvelles charges de Wikileaks contre Hillary Clinton

wikileaks-ok
Clinton Hillary  est-elle sur une pente glissante à une semaine de l’élection présidentielle? La question a tout son pesant d’or, d’autant plus que, le directeur du FBI a exprimé son intention, de revenir sur la fameuse
affaire des e-mails non sécurisés de la candidate démocrate.
Si jusque-là, le camp d’Hillary avoue être imperturbable, il faut avouer que la sortie, ce 1er novembre 2016, de Wikileaks, va impacter négativement dans les sondages pour la candidate démocrate.
Ce qui est sûr, c’est que, dans une semaine, l’Amérique saura vraiment si l’affaire des e-mails a vraiment nuit à la campagne d’Hillary Clinton. Dans un courrier rendu public, ce 1er novembre 2016, Wikileaks revient à la charge et corse l’addition pour Clinton en révélant que la candidate était informée des questions qui seraient posées contre Bernie Sanders.
Selon Wikileaks, le message date du 5 mars. Et l’auteur de la rédaction n’est autre que, l’actuelle présidente intérimaire du Parti démocrate, Donna Brazile. Comme destinataires de ce message, deux responsables de la campagne d’Hillary Clinton.  Avec cette sortie, Donald Trump trouve des arguments nécessaires pour aller sur le terrain, ne serait-ce que pour convaincre les électeurs en sa faveur.
Lors d’un meeting dans le Michigan, Trump a été déjà clair, en faisant savoir que, « ce qui m’intéresse, c’est qu’Hillary Clinton obtienne les questions d’un débat, ce n’est pas rien, et ce qu’on voit ensuite, c’est que les médias ne disent jamais : « pourquoi n’avez-vous pas renvoyé vos collaborateurs, pourquoi avez-vous utilisé ces questions? ». Elle a utilisé ces questions à de nombreuses reprises
Côté Hillary, elle ne cesse de dénoncer le danger représenté selon elle par un Donald Trump à la tête de l’arsenal nucléaire américain.
Elle a aussi posé cette question: « Quand quelqu’un vous demandera, peut-être vos enfants ou vos petits-enfants, ce que vous avez fait, au moment où la situation était critique, je veux que vous puissiez répondre : « j’ai voté pour une meilleure Amérique, plus juste, plus forte ».
Il faut reconnaître que, dans les sondages, les résultats restent serrés depuis deux semaines, mais, Mme Clinton conserve à ce jour son avance sur le candidat républicain.
Yao Junior L
afrikmag.com