BREAKING NEWS : BAMENDA SOUS LA CENDRE ET LE FEU

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et foule
Pourtant le syndicat des enseignants qui étaient à l'origine du mouvement d'humeur ces derniers temps en pays anglophone a accepté la proposition du gouvernement de passer à la table se négociation ce mardi 27
décembre 2016, que ces derniers se sont plutôt vu entraîner dans un embuscade.
Nous apprenons des sources digne de fois que les enseignants sont en ce moment enfermés dans une salle par ce qu'ils ont décidé de libérer la salle où se tenait la réunion et de poursuivre la grève par ce le gouvernement a refusé leur proposition DZ libérer les grévistes arrêtés les 21 novembre et le 8 décembre - or le gouverneur de la région Adolphe LELE L'AFRIQUE dit avoir donner l'instruction qu'on les libère. Notre informateur dans une tonalité pathétique poursuit en nous faisant savoir que le ministre de l'enseignement supérieur Famé NDONGO les couvre de propos ignominieux.
Soulignons tout de même que la ville de Bamenda est hyper militarisée au moment où j'écris ces mots. Les militaires venus de Yaoundé sous le fallacieux prétexte d'accompagner la délégation qui représente le gouvernement ont investi tous les quartiers de la ville pour empêcher aux jeunes acquis à la cause de l'honorable Joseph WIRBA de se mouvoir. Même les malades sont interdits du moindre mouvement. Les routes sont barrées. Bamenda est paralysé. Aucune mouche ne bouge. Les éléments du BIR et de l'intervention mobile sont présent sur le terrain armées jusqu'au dents. On dirait que toutes l'armée est déployé à Bamenda. Même les zones victimes de l'attaque terroriste n'a pas un tel déploiement militaire.