Cameroun - Revendications: Voici les propositions de solutions du Gouvernement face aux préoccupations des enseignants


Le Comité interministériel mis sur pied par le Premier Ministre a esquissé quelques recommandations soumises au Chef de l’État pour résoudre les revendications des enseignants.
Depuis le 21 novembre 2016, les enseignants des  Régions anglophones sont en grogne. Ceux-ci dénoncent entre autres la francophonisation du sous-système éducatif anglo-saxon, la nomination des francophones aux postes de Doyen dans les facultés des Universités de ces Régions, la faible représentativité des anglophones aux postes d’enseignants et personnels d’appui aux Universités de Buea et Bamenda.
Suite à toutes ces revendications, le Premier Ministre, Philémon Yang, a mis sur pied le 8 novembre dernier un Comité interministériel dont la mission cardinale était d’examiner et de proposer les solutions aux préoccupations soulevées par les syndicats enseignants.
La commission pilotée par Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement supérieur (MINSUP) a retenu à l’issu de sa première session du 18 novembre 2016 à Yaoundé, 28 points qui ont abouti à des recommandations spécifiques adressées au Chef de l’État pour appréciation.
Ainsi, pour ce qui est du sujet de l’admission des étudiants dans les Universités de tradition anglo-saxonne, le Comité recommande aux recteurs et vice-chancellors des Universités d’État le renforcement des programmes de capacitation des étudiants dans les deux langues officielles. En ce qui concerne les mutations des enseignants francophones dans les établissements anglophones, il est souhaité une nouvelle politique de mutations des lauréats des écoles normales en cours d’implémentation au ministère des Enseignements Secondaires à l’effet de pallier le déficit d’environ 30 000 instituteurs, peut-on lire dans le journal.
Dans la même veine, le ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative scrute le rééchelonnement incendiaire de la grille des salaires des enseignants du secondaire et de l’éducation de base. Par ailleurs, les enseignants exigent une intégration et un recrutement massif des instituteurs vacataires.
Selon le journal, il a également été suggéré la mise sur pied d’un comité  de réflexion chargé de plancher sur le statut des professeurs émérites au Cameroun.
Suite à toutes ces propositions transmises au chef de l’État, une réponse de la haute hiérarchie est vivement attendue.
Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net