Cameroun:L'arrêt de l'Internet paralyse la Banque dans le nord-ouest, régions du sud-ouest

 
Cameroun Journal, Kumba - Après la fermeture totale de la connexion Internet dans l'ensemble des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les banques commerciales et les institutions de microfinance ont été les
plus touchées par la panne d'électricité.

La connectivité Internet dans les deux régions anglophones a été suspendue depuis le mardi 17 janvier, et le réseau doit encore être restauré par le gouvernement qui l'a fermé.
Dans ce contexte, les transactions financières à l'intérieur et à l'extérieur de ces deux régions anglophones connaissent de sérieux revers.
Un responsable d'une institution de microfinance à Kumba qui ne fera que révéler son nom en tant que Neba, a déclaré avoir subi d'énormes pertes financières en raison de la déconnexion Internet. "Câblage d'argent qui
Est notre principale source de revenus n'est pas efficace en raison de l'arrêt Internet ... Nous venons pratiquement passer toute la journée ici sans rien faire en raison de la panne d'électricité », at-il dit.
Un résident de Buea qui a plaidé pour l'anonymat a maudit le gouvernement au sujet du développement. Le résident a dit qu'il a essayé de déposer de l'argent dans le compte Ecobank pendant deux jours consécutifs en vain. "J'ai finalement dû voyager à Douala pour effectuer la transaction, mais il était trop tard car je ne pouvais pas battre la date limite. J'ai dû payer une pénalité de 30.000 FCFA. Quelle situation terrible ", déplore le résidant.
Depuis l'arrêt de l'Internet, les enquêtes ont montré l'incapacité des banques à fonctionner normalement. Elle a un effet multiplicateur sur l'économie des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Les hommes d'affaires se sont plaints de ne pas être en mesure de réaliser des transactions tandis que les habitants ont exprimé leur frustration de ne pas pouvoir envoyer ou recevoir des envois de fonds à l'intérieur et à l'extérieur des deux Régions.
«Je suis allé pendant environ deux jours sans avoir quoi manger, malgré le fait que mon fils m'a envoyé de l'argent par Express Union Mobile. Je suis allé à l'agence environ cinq fois pour encaisser l'argent, mais les agents ont dit qu'il n'y a aucun moyen à cause de l'arrêt de l'Internet », 60 ans Pa Ngu narré avec des larmes coulant sur ses joues.
Nous avons observé que la plupart des banques et des centres de microfinance ont de longues files d'attente sur une base quotidienne, mais les besoins des clients sont à peine satisfaits en raison de la panne d'Internet. Cela provoque des millions de banques chaque jour.
La panne d'Internet qui est entrée en vigueur quelques heures après l'interdiction du Conseil national du Cameroun méridional et du Consortium de la société civile anglophone du Cameroun était toujours en vigueur au moment où nous avons fait pression. Il n'y avait pas de signes internet sera restauré bientôt.

cet article est une traduction de version anglaise ci-après:

Internet Shutdown IS Crippling Banking in North West, South West Regions
Cameroon Journal, Kumba – Following the total shutdown of internet connection in the entire North West and South West Regions, it has emerged that commercial banks and micro-finance institutions have been the most affected by the blackout.

Internet connectivity in the two Anglophone Regions was suspended since Tuesday January 17, and the network is yet to be restored by Government that shut it down.

Against this backdrop, financial transactions within and outside these two Anglophone regions are witnessing serious setback.

An official of a micro-finance institution in Kumba who will only revel his name as Neba, said they have incurred enormous financial losses due to the internet disconnection. “Wiring of money which

is our main source of income is not effective due to the internet shutdown…We virtually come and spend the whole day here without doing anything due to the blackout,” he said.

A Buea resident who pleaded for anonymity cursed the Government over the development. The resident said he tried to deposit some money into Ecobank account for two consecutive days to no avail. “I finally had to travel right to Douala to effect the transaction but it was too late as I could not beat the deadline. I had to pay a penalty of 30,000 FCFA. What a terrible situation,” the resident lamented.

Since the internet was shut down, investigations have shown the inability of banks to function normally. It is having a multiplier effect on the economy of the North West and South West Regions.

Business men have complained of not being able to carry out transactions while inhabitants too have expressed frustration of not being able to send or receive remittances within and out of the two Regions.

“I have gone for about two days without having what to eat, despite the fact that my son sent me money through Express Union Mobile. I have gone to the agency about five times to cash the money but the agents said there is no way because of the internet shutdown,” 60 year old Pa Ngu narrated with tears running down his cheeks.

We observed that most banks and micro-finance centres have long queues on a daily basis, but the needs of customers are hardly met due to the internet blackout. This is causing the banks millions every day.

The internet blackout which went into force few hours after a ban on the Southern Cameroons National Council and the Cameroon Anglophone Civil Society Consortium was still in effect by the time we took to press. There were no signs the internet will be restored anytime soon.
cameroonjournal.com